Connect with us

Football

Adversaires et coéquipières, Sakina Karchaoui et Vicki Becho se livrent

Publié

le

La latérale du PSG Sakina Karchaoui et l’ailière de Lyon Vicki Becho sont coéquipières en équipe de France, mais adversaires en D1 Arkéma. Elles se sont déjà affrontées deux fois cette saison, dont hier soir. Lors d’une interview pour la FFF, elles sont revenues sur le trophée des championnes et la saison en cours. Découvrez certains de leurs propos.

 

Le Trophée des Championnes :

Sakina Karchaoui (Paris Saint-Germain) : « On a essayé de changer de système pour se baser sur ce que le coach demandait, c’était un match prestigieux afin de lancer la saison, avec de nombreux changements dans l’effectif en lien avec les arrivées et départs durant l’été. Au final, Lyon l’a emporté mais il faut en tirer du positif. »

Vicki Becho (Olympique Lyonnais) : « On a eu très peu de temps, seulement deux semaines, pour travailler en équipe au sortir de la Coupe du monde. L’une de nos joueuses Ellie Carpenter nous a même rejoints la semaine qui précédait le Trophée. Il fallait travailler les automatismes avec deux recrues qui allaient jouer, Kadi et Melchie. Pour nous, c’était important d’afficher les objectifs qui sont les nôtres cette saison en réalisant un bon match et en l’emportant. »

 

Cette saison de D1 Arkéma : 

Sakina Karchaoui : « Le trophée des championnes nous a permis de nous mettre dedans, de revoir quelles erreurs nous avions commises et d’insister sur nos forces. Contre Bordeaux, on a réalisé une très belle entame de match en prenant le jeu à notre compte dans les trente premières minutes. Quand on délivre des passes décisives et qu’on marque, forcément, c’est plaisant ! Je suis heureuse d’avoir aidé l’équipe. »

Vicki Becho : « Pour nous aussi, l’entrée en matière s’est bien passée, j’étais titulaire. On a pris un peu de temps pour faire la différence mais une fois qu’on a marqué ce premier but, ça a déroulé. On s’est procuré beaucoup d’occasions, on a frappé au but. C’est une victoire collective, illustrée par le fait que nos deux défenseures centrales ont été décisives avec Wendie qui marque puis centre pour Vanessa qui trouve, de la tête, le chemin des filets. On doit garder ce genre de succès en tête pour la suite du championnat. »

 

La mise en place du Final Four en fin de saison : 

Sakina Karchaoui : « C’est un beau format. Au début, on était un peu sceptiques car c’est peut-être plus avantageux pour les autres équipes que pour nous mais on sait que le haut niveau se joue sur des moments clés. On va affronter de grosses équipes et il faudra répondre présents au bon moment ! »

 

Des souvenirs de leur premier PSG / Lyon ? 

Vicki Becho : « C’était en Ligue des champions, j’étais sur le banc, Sakina titulaire, je n’étais pas entrée en jeu mais je me souviens qu’on avait été éliminées en quarts de finale. Le premier où j’ai eu du temps de jeu remonte à la saison dernière, en décembre 2022 au Groupama. Là aussi, on s’était inclinées. De mémoire, il y avait pas mal de tensions, c’était serré quand je suis entrée, la coach me dit qu’elle a confiance en moi, je sais que je dois apporter du plus à l’équipe. On perd, c’est dommage mais ça m’a permis d’acquérir de l’expérience. »

Sakina Karchaoui : « Ça me revient. Mon tout premier PSG-Lyon avait eu lieu quelques mois auparavant à l’été 2020. C’était la saison post-covid avec le Final 8 de Ligue des champions, on avait battu le PSG en demi-finales puis remporté le titre. Je venais de partir de Montpellier, mon club formateur, je choisis l’OL, j’avais eu Jean-Michel Aulas au téléphone qui m’avait dit tout l’intérêt que Lyon me portait. Quand je suis arrivée, il a fallu se mettre tout de suite dans le bain car le Final 8 intervenait deux semaines après. J’avais 23 ans et des objectifs en tête, je parviens à gagner ma place, je joue tous les matches et on est championnes d’Europe. C’était extraordinaire. »

 

Leur expérience mais dans le club adversaire, car les deux ont également joué dans l’autre club :

Sakina Karchaoui : « Je garde de très bons souvenirs de ma saison à l’OL. Ce n’était peut-être pas mon choix 1er mais c’était la saison post-COVID et pour des raisons personnelles, je ne voulais pas m’éloigner de ma famille. J’ai fait cette année de transition, j’ai gagné des trophées, j’étais contente. Le président a été exceptionnel, c’est quelqu’un en qui on peut avoir confiance, il a beaucoup donné pour le football féminin et continue de le faire à la Fédération. »

Vicki Becho : « J’ai passé quatre saisons chez les jeunes du PSG de 2016 à 2020. C’est un peu mon club de cœur, j’ai passé mon adolescence à Paris et j’y ai grandi. Je me suis toujours sentie bien là-bas. Si j’ai décidé de partir, c’est parce que je suis un peu une fainéante et je me repose souvent sur mes acquis. J’avais besoin de ce changement pour continuer à progresser et évoluer mais je serai toujours reconnaissante envers le club. »

 

Pourquoi ce goût pour l’attaque ? 

Sakina Karchaoui : « J’ai commencé en n°10 chez les jeunes et j’ai fini sur le côté. J’ai été milieu gauche pendant très longtemps, aujourd’hui, je peux alterner latérale et milieu. En club, on a presque l’impression que je joue ailière car notre jeu penche énormément vers l’avant. Latérale moderne, c’est le genre de profil que les entraîneurs recherchent et maintenant, on voit beaucoup d’excentrées qui redescendent. Attention, Vicki ! Je me retrouve pleinement dans ce rôle. Je peux alterner, monter, descendre, j’aime défendre comme attaquer, c’est ma force. »

Vicki Becho : « Étant jeune, je regardais beaucoup de vidéos de Cristiano Ronaldo. Avant les ailiers étaient là pour faire les passes. Lui a révolutionné le poste en allant dans la percussion, en inscrivant beaucoup de buts. Aujourd’hui, on ne trouve plus normal qu’un ailier ne marque pas ! C’est avec lui que j’ai appris, j’essaie de m’inspirer des meilleurs. L’attaque, c’est mon truc, je ne me verrais pas jouer derrière… »

 

L’Équipe de France féminine : 

Sakina Karchaoui : « Quand on est en sélection, on est ensemble. Vicki apporte ce qu’elle peut avec ses qualités. Elle a un très bel avenir devant elle. On doit se qualifier pour ce premier Final Four de Ligue des nations qu’on aimerait remporter. Après, ce seront les Jeux Olympiques l’été prochain. Ça va arriver très vite. »

Vicki Becho : « J’en ai un peu parlé avec quelques joueuses. Pour moi, le graal du football c’était la Coupe du monde mais les filles m’ont dit que les JO, c’était énorme. Elles m’ont raconté leur vécu, des anecdotes… Quand je pensais aux Jeux, instinctivement, je pensais aux autres sports. Là, ils ont lieu à Paris, c’est la plus belle compétition que je peux viser à domicile car il n’y en aura pas beaucoup d’autres organisées en France. Ce sera à Paris, chez moi, devant ma famille, mes proches… Je pourrai leur montrer ce que je sais faire et les rendre fiers. »

 

 

Déclarations via fff.fr.

Continuer à lire...
Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Football

L’Olympique Lyonnais est de nouveau le champion de France féminin !

Publié

le

Par

C’est fait, l’Olympique Lyonnais est encore champion de France de football féminin et garde donc sa couronne. En effet, les Lyonnaises ont remporté la finale contre le Paris Saint-Germain hier.

 

L’Olympique Lyonnais recevait hier le Paris Saint-Germain au Groupama Stadium, dans le cadre de la 50ème édition de la D1 Arkema. Les Fenottes se sont rapidement mises en confiance et ont ouvert le score dès la 18ème minute, avec un but de Delphine Cascarino. À peine quelques minutes plus tard, Kadidiatou Diani doublait la mise et leur permettait de mener avec deux buts d’écart. Les Parisiennes n’ont toutefois pas baissé les bras et Tabita Chawinga a réduit l’écart à la 73ème minute de jeu, mais cela ne fut pas suffisant.

L’Olympique Lyonnais est donc encore sacré champion de France de football féminin et remporte un second titre de la saison. Il s’agit du 17ème tistre de leur histoire. Cette victoire a également offerte la qualification pour la phase de groupes de la prochaine Ligue des champions. Désormais, elles vont se préparer pour la finale de Ligue des Champions à venir contre le FC Barcelone.

 

Les réactions d’après-match :

️ Sonia Bompastor (entraîneure Olympique Lyonnais) : « Bravo aux joueuses, elles ont vraiment fait un parcours incroyable, lors d’une saison vraiment intense. On va savourer ce dix-septième titre, c’est exceptionnel. C’est énormément de travail qui est récompensé et qui paye. On a souffert en deuxième mi-temps parce que la sortie de Damaris Egurrola, qui est précieuse pour nous au milieu du terrain, ne nous permet de faire ce que l’on voulait. Mais cette victoire, on a été la chercher avec notre état d’esprit aussi. Ce groupe est exceptionnel, en tant qu’entraîneur je suis vraiment fière de toutes mes joueuses. Elles le méritent. Je savais que d’aller mettre ce troisième but, ça pouvait définitivement, mentalement mettre à mal cette équipe parisienne. À partir du moment où on le met pas, on reste exposées. On prend ce but-là et après on voit, le rapport de force s’inverse un peu. Après on a dû faire quelques changements aussi mais elles ont tenu, c’est bien. Ca fait partie des valeurs du haut niveau. On va vraiment profiter, pas mal de célébrations sont mises en place, c’est le moment de savourer. D’ici lundi, on aura le temps se plonger sur la finale. »

️ Jocelyn Prêcheur (entraîneur Paris Saint-Germain : « On débute bien, mais l’histoire se répète, on fait des erreurs que l’on ne devrait pas faire à ce niveau-là. On leur donne un but qui devrait être éviter, et le deuxième c’est un cadeau. On finit bien, je n’ai pas grand’chose à leur reprocher sur la deuxième période, elles ont été très bien. Maintenant, il faut faire face à la réalité, on a joué trois fois les Lyonnaises et elles ont gagné trois fois. Elles sont meilleures que nous, elles ont la culture de la gagne. Bravo à l’Olympique Lyonnais. À nous de continuer de travailler, de ne pas redémarrer de zéro à chaque fois, de construire étage par étage. On voit que pour atteindre le sommet, il y a encore du boulot. »

️ Selma Bacha (joueuse Olympique Lyonnais) : « Oui c’est important de célébrer des moments comme ça parce que les supporters viennent nous encourager et franchement, ils sont tout le temps important donc je voudrais les remercier. Aujourd’hui, ils nous ont poussé. On a montrer encore une fois qu’on est les meilleures et qu’on est au-dessus, maintenant à jamais les premières ! Félicitations à toute l’équipe. »

 

Continuer à lire...

Football

Lyon / Paris SG : avant-match et compositions probables de la finale du championnat de France

Publié

le

Par

À 21h00, l’Olympique Lyonnais et le Paris Saint-Germain vont clôturer la 50ème édition de la D1 Arkema avec cette grande finale. Les deux équipes souhaiteront être sacrées championnes de France.

 

Alors que le Paris FC et le Stade de Reims vont se disputer la troisième place et l’Europe à 18h00, l’Olympique Lyonnais et le Paris Saint-Germain vont s’affronter afin de remporter le titre ! De leur côté, les Lyonnaises chercheront à boucler une saison quasiment parfaite et à gagner leur second torchée de la saison, après avoir gagné le Trophée des championnes en septembre dernier, contre le PSG. Gagner ce titre leur permettrait en plus d’accumuler davantage de confiance, avant la finale de Ligue des Champions qui approche, contre le FC Barcelone. Les Parisiennes ont également l’occasion de gagner un second trophée, après avoir remporté leur quatrième Coupe de France féminine il y a deux semaines contre le FC Fleury 91. À noter qu’en 47 matchs entre ces deux équipes, il y a eu 33 victoires de l’OL, 10 matchs nuls et 4 victoires du PSG.

 

Les déclarations d’avant-match : 

️ Sonia Bompastor (OL) : « On est là où on a envie d’être. C’est 90 min, il y a un titre à la fin. On a l’expérience, on est déterminées. Sur le plan mental, on arrive avec de la sérénité. On va tout mettre en notre faveur. Si on veut aller chercher ce titre, il faudra faire un très bon match. L’idée est de s’appuyer sur nos forces. On a l’habitude d’avoir des matchs avec beaucoup d’enjeux, mais on est armées pour ça. Il faut préparer chaque match. On aborde ces rencontres avec le meilleur état d’esprit possible, on va tout donner, on est concentrées sur le positif. On a toutes les qualités pour aller chercher ces deux victoires. On est 100 % concentrées sur ces deux rencontres mais ce sont deux compétitions différentes donc la préparation est aussi différente. Mon travail et celui du staff, est de tout analyser. Le talent individuel peut aussi être important sur ce match. Face à nous, il y a une très belle équipe parisienne. Si on veut aller chercher ce titre, il faudra faire un très bon match. On a toutes les qualités pour. On sera solides collectivement et on laissera parler le talent individuel de nos joueuses. »

️ Jocelyn Prêcheur (PSG) : « Pour le type de match, il n’y aura pas du surprise, ça sera un match de très haut niveau avec deux des meilleures équipes d’Europe. Il y aura beaucoup d’intensité et un engagement fort de la part des deux équipes. Il va falloir y aller avec de fortes convictions. Nous voulons développer notre jeu et exprimer nos qualités sans aucun complexe. Il va falloir que les joueuses soient toutes au diapason, que les 11 joueuses titulaires qui démarrent et les 4 ou 5 qui vont entrer jouent à leur meilleur niveau. Nous allons avoir besoin de tout le monde. Il va falloir que le plan de jeu soit bien compris, qu’il soit bien appliqué sur le terrain. Il faut réunir tous les ingrédients dans des matches comme celui-là. La tâche est compliquée mais je sais que nous pouvons le faire. »

Continuer à lire...

Football

La coupe du Monde féminine de football 2027 va se jouer au Brésil

Publié

le

Par

C’est désormais acté, la Coupe du Monde féminine football 2027 va se jouer au Brésil, comme la Coupe du Monde masculine en 2014. La candidature brésilienne l’a emporté avec 119 voix.

 

Alors que le prochain EURO de football féminin en 2025 va se jouer en Suisse, la prochaine Coupe du Monde se jouera elle en 2027 au Brésil, en 2027. C’est officiel depuis ce matin. En effet, la candidature brésilienne l’a emporté avec 119 contre celle de la Belgique, de l’Allemagne et des Pays-Bas qui a reçu 78 voix lors du Congrès de la FIFA à Bangkok. C’est la première fois qu’une Coupe du Monde de football féminin va se jouer sur le continent sud-américain. « Cette annonce est le résultat de la procédure de candidature la plus exhaustive de l’histoire de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA™. Pour la première fois, les droits d’organisation ont été attribués à l’issue d’un vote public du Congrès de la FIFA. » comme le rapporte la FIFA.

Cette a Coupe du Monde Féminine de la FIFA 2027 comptera à nouveau 32 sélections. Chaque confédération organisera des compétitions de qualification, afin de déterminer les équipes qui participeront à la phase finale mondiale. À l’heure actuelle, les États-Unis sont la nation la plus titrée, avec 4 coupes au compteur.

 

Continuer à lire...

Tendance