Connect with us

Actualites

Baissé Forcé : Entendue par la justice, Jenni Hermoso assure que le baiser n’était pas consenti

sport féminin

Publié

le

Le feuilleton Rubiales-Hermoso se poursuit avec cette fois une nouvelle étape dans l’affaire. Ce mardi 2 janvier 2024, la joueuse de football espagnole Jenni Hermoso s’est rendu auprès de la justice espagnole pour son audition quant à l’affaire du baiser forcé qu’elle a subi lors de la remise de trophée de la Coupe du Monde féminine 2023 en Australie-Nouvelle-Zélande. Cette dernière persiste et signe : le baiser n’était pas consenti.

« Inattendu et à aucun moment consenti »

C’était le geste qui a fait polémique lors de la dernière Coupe du monde de football féminin de 2023. Alors que le monde entier célébrait le sacre d’une nouvelle équipe, à savoir l’Espagne, Luis Rubiales (qui était à cette époque président de la Fédération espagnole de football) embrasse vigoureusement sur la bouche la joueuse Jenni Hermoso. S’en suit une indignation mondiale sur un comportement jugé de toute part comme étant sexiste et inapproprié. Contraint à la démission, Luis Rubiales martelait pourtant que le baiser était consenti par la joueuse de la Roja.

Cette dernière n’est pas de cet avis et a déposé plainte auprès de la Justice espagnole. Initialement prévue en novembre 2023, son audition a été reportée pour ce mardi 2 janvier 2024. Durant sa déposition, la joueuse de 33 ans a réitéré ses propos en indiquant que le baiser était « inattendu et à aucun moment consenti ». Elle poursuit en indiquant également avoir été victime, elle et ses proches, de « harcèlement » de la part du désormais ex-patron de la Fédération espagnole de football, mais aussi de certains de ces proches, notamment l’ancien sélectionneur de la Roja Jorge Vilda. A la sortie du tribunal, la victime s’est exprimée à la presse : « Tout est désormais entre les mains de la justice, c’est tout ce que je peux dire ».

Spain’s midfielder #10 Jennifer Hermoso looks on during the UEFA Women’s Nations League football match between Spain and Switzerland, at The Letzigrund Stadium in Zurich on October 31, 2023. (Photo by SEBASTIEN BOZON / AFP)

Luis Rubiales pourrait être écroué

Quant à l’auteur du scandale, Luis Rubiales a lui déjà été entendu par la justice espagnole. En parallèle, il dénonçait un « faux féminisme », maintenant sa version du consentement de la part de Jenni Hermoso. Des propos qui ne suffiront pas à faire taire la polémique et à le protéger, puisqu’il démissionnera de son poste de Président de la Fédération espagnole de football le 10 septembre dernier, se disant victime d’une « campagne disproportionnée ». Quatre autres prévenus ont été sanctionnés par la justice espagnole, dont l’ancien coach de l’équipe féminine de football d’Espagne Jorge Vilda.

En plus de sa possible condamnation pour « agression sexuelle », Luis Rubiales est déjà sanctionné par la FIFA, et est suspendu de toute activité liée au football pour trois ans. Une suspension qui s’accompagne d’une interdiction de s’approcher à moins de 200m de Jenni Hermoso. D’après la récente réforme du Code pénal en Espagne, un baiser non consenti peut être considéré comme une agression sexuelle. Si la justice espagnole tranche en faveur de Jenni Hermoso qui a été élue Femme de l’année 2023 par le magazine américain GQ (édition espagnole), Luis Rubiales encourra une peine allant d’une forte amende jusqu’à 4 ans d’emprisonnement.

Continuer à lire...
Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualites

Les nommées pour le titre de joueuse du mois en D1 Arkema

Publié

le

Par

Comme chaque mois, la D1 Arkema nomme plusieurs joueuses pour le titre récompensant la meilleure joueuse du mois. La particularité de ce mois de février est que les trois nommées évoluent dans le même club.

 

Le titre de meilleure joueuse du mois de février en D1 Arkema reviendra forcément à une joueuse du Paris Saint-Germain. En effet, les trois joueuses nommées évoluent dans cette équipe. Il s’agit de la gardienne Katarzyna Kiedrzynek, la défenseure Sakina Karchaoui et l’attaquante Tabitha Chawinga. Cette dernière réalise une grande saison et a déjà été nommée en novembre et janvier. Durant ce mois de février, elle a notamment marqué un but contre l’Olympique Lyonnais au Groupama Stadium, ainsi que contre Gungamp, en plus d’avoir distribué une passe décisive. Elle comptabilise 10 buts en championnat pour le moment. Sakina Karchaoui fut elle déjà lauréate de ce trophée du mois en décembre 2021, et elle jouait déjà au PSG. Elle réalise également une belle saison et ses belles prestations lui valent d’être nommé pour ce prix. Et finalement, Katarzyna Kiedrzynek a notamment réalise un super match contre l’Olympique lyonnais, avec des parafes décisives.

Comme le rapporte la FFF, « les votes sont ouverts jusqu’au mardi 5 mars (12h00) sur les réseaux sociaux de la FFF pour départager ce trio 100 % PSG et désigner celle qui succédera à la Lyonnaise Ada Hegerberg,  couronnée en janvier. »

 

Continuer à lire...

Actualites

L’Équipe de France féminine se qualifie pour la finale de la Ligue des Nations

Publié

le

Par

L’Équipe de France féminine l’a fait ! Elle s’est qualifiée pour la finale de la première édition de la Ligue des Nations féminine, suite à sa victoire au Groupama Stadium contre l’Allemagne.

 

Hier soir, l’Équipe de France féminine de football recevait l’Allemagne au Groupama Stadium, dans le cadre de la demi-finale de la Ligue des Nations. Il est clair que l’objectif des Bleues était de se qualifier pour la finale de la toute première édition de la Ligue des Nations féminine, ce qui permettrait à Hervé Renard et ses joueuses de gagner un titre. L’Allemagne avait une double motivation, car se qualifier pour la finale est synonyme de qualification pour les JO 2024 à Paris également.

 

La composition de la France : Peyraud-Magnin – De Almeida, Lakrar, Mbock Bathy, Karchaoui – Henry, Geyoro – Diani (Baltimore, 90e+2), Le Sommer (cap., Toletti, 77e), Bacha (D. Cascarino, 77e) – Katoto. Sélectionneur : Hervé Renard. Remplaçantes : Durand (g.), Picaud (g.), E. Cascarino, Perisset, Samoura, Dali, Le Garrec, Majri, Mateo.

 

Avec 5 victoires et 1 nul, les Bleues étaient invaincues lors de la phase de poules, mais ce match contre l’Allemagne s’annonçait plus difficile. Et c’est en première période que les Bleues vont ouvrir le score, à la 41ème minute. Après un coup-franc, Kadidiatou Diani va surgir et ouvrir le score d’une reprise du coup de pied. Sakina Karchaoui va ensuite doubler la mise, sur penalty. Les allemandes vont réduire le score sur penalty, mais la France va réussir à garder son avantage.

Devant 30.270 spectateurs au Groupama Stadium, les Bleues ont joué un grand match et se sont donc qualifiées pour la finale de la toute première édition de la Ligue des Nations féminine. Elles sont plus que jamais proches d’un titre…Hervé Renard a partagé sa joie après ce match. « C‘est une page de l’histoire du foot féminin français qui s’ouvre. On a un peu souffert sur la fin mais c’est ça, la beauté du football. Félicitations aux filles, elles sont remarquables. Maintenant, il n’y a que la moitié du chemin qui est fait. L’Espagne est la meilleure équipe du monde actuellement, c’est un gros challenge mais on a tout à gagner. »

 

https://twitter.com/equipedefranceF/status/1761159745845559312

Continuer à lire...

Actualites

Amandine Henry regrette le manque d’enthousiasme autour de l’équipe de France féminine

Publié

le

Par

L’Équipe de France féminine de football s’apprête à jouer une demi-finale de Ligue des Nations, contre l’Allemagne. Toutefois, Amandine Henry regrette le manque d’enthousiasme autour de l’équipe de France féminine…

 

L’Équipe de France féminine de football reçoit l’Allemagne demain au Groupama Stadium, dans le cadre de la demi-finale de la Ligue des Nations. Ce stade peut accueillir près de 60.000 supporters, mais seulement 25.000 en sont attendus demain, sachant que la FFF a ouvert environ 30 000 places à la vente. Amandine Henry confié son mécontentement aux micros du Parisien. « Il y a encore du travail. C’est désespérant. Que faut-il faire de plus ? Nous, les joueuses, on se donne à fond. C’est une belle affiche, c’est un beau stade, une belle ville… On ne sait pas ce qu’il faut faire. On en parle, on se pose la question : que faire pour remplir des stades ? Quand on voit les autres pays, ça marche. Pourquoi ça ne marche pas chez nous ? On ne comprend pas trop. »

Elle a également rappelé l’importance de ce match, car les Bleues sont proches de remporter un titre. « On est deux doigts de gagner ce premier trophée avec l’équipe de France. On rêvait d’avoir des matchs attrayants plus souvent donc c’est l’occasion. Ça ne nous empêchera pas de tout donner. »

 

Continuer à lire...

Tendance