Connect with us

Dossier

Basket ball JO 2024 : Sandrine Gruda n’est pas sélectionnée pour les jeux

sport féminin

Publié

le

C’est assurément la douche froide pour une taulière de l’équipe de France féminine de basket. Sandrine Gruda, meilleure marqueuse de l’histoire des Bleues, ne participera pas aux Jeux Olympiques de Paris 2024. La pivot au 225 sélections avait pourtant pour ambition de faire de ces Jeux à domicile la dernière scène avant de se retirer définitivement de l’équipe de France de basket.

L’histoire s’achève entre Gruda et les Bleues

Début mai, on assistait à la présentation des listes des joueurs et joueuses qui représenteront la France aux Jeux Olympiques de Paris 2024. À la surprise générale, le sélectionneur de l’équipe féminine de basket Jean-Aimé Toupane a décidé de se passer des services d’une légende tricolore : Sandrine Gruda. Après 18 années sous le maillot tricolore, la pivot est parvenue à se hisser au sommet de l’histoire des Bleues, en devenant la meilleure marqueuse de l’équipe avec 2 878 points marqués en 225 matchs.

Durant son parcours, la joueuse âgée actuellement de 36 ans a eu un parcours plus que méritant avec les Bleues : Championne d’Europe en 2009, vice-championne olympique en 2012, médaillée de bronze aux JO de Tokyo 2021. Outre son palmarès, Sandrine Gruda s’est surtout démarquée dans le vestiaire des Bleues pour son ambition et son fighting spirit, comme l’explique son ancienne coéquipière devenue Manager général de l’équipe de France féminine de basket Céline Dumerc : « De toute manière, quoi qu’il arrive : Sandrine Gruda est irremplaçable. Ce qu’elle a apporté en équipe de France, c’est de l’ambition. Sa première force, c’est qu’elle a toujours été à fond dès qu’elle était avec le maillot bleu, elle était toujours à 300 %, elle était exemplaire dans le travail qu’elle a fait, et ce combat qu’elle a eu. »

Sandrine Gruda choquée

Malgré son palmarès et son impact tant sur le terrain que dans les vestiaires, Sandrine Gruda ne participera donc pas à la phase de préparation du Tournoi olympique en compagnie de l’équipe de France de Basket. « Je suis choquée. Je subis la situation. Ce n’était pas mon plan ; je voulais pouvoir arrêter après les Jeux, remercier le public une dernière fois, pour toutes ces années passées. Et ça je ne pourrai pas le faire. Même plus porter ce maillot bleu, une dernière fois. (…) Pour moi, l’équipe de France devait être le projet de départ et le point d’arrivée dans ma carrière et là, ce n’est pas possible, et ça m’attriste énormément », s’exprime-t-elle auprès du site Basket Europe.

De son côté, le sélectionneur Jean-Aimé Toupane a expliqué son choix de ne pas faire appel aux services de Sandrine Gruda : « Ça n’a pas été une décision facile. On a essayé de respecter la joueuse. J’ai rencontré Sandrine, on a échangé sur le projet de jeu. Je sais que depuis deux ans, c’est un événement important pour elle. On n’a pas fait un choix sur l’individu, mais sur la performance, pour construire une équipe avec la meilleure alchimie possible », avant de poursuivre : « Je ne mélange pas les émotions, je fonctionne sur un aspect sportif. Il n’y a pas de ça. Je veux juste la meilleure équipe possible », en faisant référence aux critiques émises par Sandrine Gruda lors de l’Euro 2023.

Continuer à lire...
Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dossier

JO 2024 volley-ball : La liste des qualifiés pour le tournoi féminin olympique

sport féminin

Publié

le

Après le football et le basketball, c’est au tour du volley-ball de présenter sa liste des nations qualifiées pour le tournoi olympique. Du 27 juillet au 11 août 2024, douze équipes s’affronteront dans la quête du sacre durant les Jeux Olympiques de Paris 2024. Les Américaines, tenantes du titre, sont bien décidées à conserver leur couronne et, pourquoi pas, réaliser un doublé. En tant que pays hôte, la France est déjà qualifiée pour le tournoi olympique.

Les nations issues des qualifications

Six nations ont décroché leurs tickets pour le tournoi féminin olympique de volley-ball. En tête de liste, on retrouve les deux nations qui ont animé la dernière finale des Jeux Olympiques : les États-Unis (médaillés d’or aux JO de Tokyo) et le Brésil (médaillé d’argent). Les Américaines ont dominé 3 sets à 1 les Allemandes, se qualifiant ainsi pour le tournoi dans l’objectif de conserver leurs couronnes olympiques.

Les Brésiliennes ont dû batailler pour se défaire des Japonaises 3 sets à 2, assurant ainsi leur place aux JO de Paris 2024.  La République Dominicaine a également su se qualifier au détriment des Pays-Bas – là aussi sur un match conclu en 3 sets à 2-, tandis que les trois dernières places sont occupées par des nations européennes, à savoir la Turquie (vainqueure 3 sets 0 face à la Belgique, et solide leader de son groupe B), la Serbie (termine deuxième de son groupe A derrière la République Dominicaine) et la Pologne (premier de son groupe C devant les États-Unis). La France étant le pays hôte des Jeux Olympiques, elle est automatiquement qualifiée pour le tournoi principal.

Les nations issues du classement mondial

Malgré sa défaite 3 sets à 1 face à la Pologne, l’Italie se qualifie tout de même pour le tournoi féminin olympique de volley-ball grâce à un classement favorable (les Transalpines occupent actuellement la cinquième place mondiale). Il en va de même pour le Japon et les Pays-Bas, respectivement huitième et onzième au classement. Enfin, la Chine et le Kenya complètent le quota pour ce tournoi olympique féminin de volley-ball.

Le calendrier du tournoi de volley-ball

La compétition débutera par une phase préliminaire durant laquelle les douze nations participantes seront réparties en deux groupes : A et B. Les deux premiers matchs se joueront le dimanche 28 juillet à 10h et 14h. Ensuite, les autres matchs se dérouleront la journée du 29 juillet avec quatre matchs au programme, avant de retrouver un format sur deux matchs le mercredi 31 juillet. Le lendemain, huit autres sélections joueront leur place pour la suite de la compétition. Le samedi 3 août accueillera à nouveau deux matchs du tour préliminaire. Ce tour préliminaire prendra officiellement fin durant la journée du dimanche 4 août avec quatre matchs à jouer.

Les meilleures équipes enchaîneront par la suite avec les phases finales du tournoi olympique. L’intégralité des quarts de finale se jouera le mardi 6 août, tandis que les demi-finales auront lieu le jeudi 8 août. Ensuite, le match pour la troisième place synonyme de médaille de bronze sera organisé le samedi 10 août, vers 18h. Pour conclure, la finale du tournoi féminin olympique de volley-ball se jouera le dimanche 11 août à 14h.

Continuer à lire...

Dossier

Affaire du baiser forcé. Luis Rubiales sera jugé au début de l’année 2025

sport féminin

Publié

le

Cela fait maintenant presque un an que le scandale du baiser forcé de Luis Rubiales sur Jenni Hermoso a éclaté. Pour rappel, lors de la cérémonie de remise de médailles pour l’équipe féminine d’Espagne de football, fraichement sacrée Championne du Monde 2023, l’ancien numéro un du football espagnol Luis Rubiales avait embrassé la joueuse Jenni Hermoso de manière un peu trop « zélée ». Un geste qui ne passe pas et qui a conduit à une procédure judiciaire à l’encontre du désormais ancien président de la Fédération espagnole de football. On connait maintenant la date de son jugement.

Luis Rubiales devant la justice en février 2025

Luis Rubiales, ancien patron du football espagnol, devra s’expliquer devant la justice concernant les accusations dans l’affaire du « baiser forcé ». Notamment accusé d’agression sexuelle envers l’attaquante espagnole Jenni Hermoso, Luis Rubiales sera jugé du 3 au 19 février 2025. À l’époque des faits, ce dernier avait dénoncé « une campagne disproportionnée » motivée par un « faux féminisme » contre sa personne.

Déjà renvoyé de son poste de président de la Fédération espagnole de football, avec en prime une interdiction de pratiquer toutes activités liées au football pour plusieurs années, Luis Rubiales peut encourir jusqu’à deux ans et demi de prison, dont un an pour agression sexuelle et un an et demi pour coercition. Des peines encourues dévoilées en mars dernier par la justice espagnole qui prévoyait de juger Luis Rubiales en mai. Il faudra donc attendre le début de l’année prochaine pour savoir quelle sera la condamnation de l’ancien homme fort du football espagnol.

D’autres accusés également jugés

Cette affaire a énormément fait de vague en Espagne, aussi bien dans les vestiaires qu’au sein de la Fédération espagnole de football. Alors que Luis Rubiales martelait et répétait à qui voulait l’entendre qu’il était innocent – sous-entendu que Jenni Hermoso était consentante au moment du baiser-, quelques-uns de ses proches et de ses partisans avaient fait pression sur Jenni Hermoso et son entourage pour que ces derniers retirent leur plainte. Une action qui n’est pas passée inaperçue du côté de la justice espagnole, puisque d’autres personnes seront jugées pour « Coercition ».

En premier, on retrouve l’ancien sélectionneur de l’équipe féminine de football d’Espagne Jorge Vilda, qui peut encourir jusqu’à un an et demi d’emprisonnement. En second, on retrouve un proche de Luis Rubiales Rubén Rivera, ancien directeur marketing de la Fédération. Enfin, Albert Luque, directeur sportif de l’équipe masculine de football d’Espagne sera lui aussi sur le banc des accusés du 3 au 19 février 2025.

Le procès se tiendra devant un tribunal de l’Audience nationale à San Fernando de Henares, dans la banlieue de la capitale Madrid. Outre son procès pour agression sexuelle et coercition, Luis Rubiales est également impliqué dans une affaire de corruption commerciale, de blanchiment d’argent, d’administration déloyale et d’appartenance à une organisation criminelle. Ces accusations sont basées sur les contrats conclus pour délocaliser la Supercoupe d’Espagne, mais incluent aussi la rénovation du stade olympique de Séville.

Continuer à lire...

Cyclisme

Pauline Ferrand-Prévot s’impose en Coupe du monde à Val di Sole avant les JO 2024

sport féminin

Publié

le

Plus rien ne semble freiner Pauline Ferrand-Prévot en Coupe du Monde de VTT. À quelques semaines seulement du lancement des Jeux Olympiques de Paris 2024, la Française a remporté ce dimanche 16 juin le quatrième rendez-vous du calendrier mondial en VTT, qui s’est tenu à Val di Sole, en Italie. Non seulement elle remporte deux courses de suite, mais elle signe également son huitième succès en neuf courses cette saison. PFP est décidément en grande forme.

PFP en solitaire

Les meilleures cyclistes spécialisées dans l’épreuve du VTT s’étaient donné rendez-vous en Italie, à Val di Sole pour la suite du calendrier en Coupe du Monde. Quelques semaines seulement après sa victoire retentissante en République Tchèque, la vététiste Pauline Ferrand-Prévot a de nouveau fait parler son expérience et sa maîtrise du sujet durant cette quatrième manche de la Coupe du Monde.

Au programme : le XC Olympique, 7 tours complets sur un tracé très technique et légèrement humide dû à de fortes pluies qui sont tombées durant la nuit. Une météo et une piste piégeuse qui n’ont pas ralenti Pauline Ferrand-Prévot, loin de là. Dès le deuxième tour, PFP s’est confortablement installée en tant que leader de la course.

Une place qu’elle ne lâchera plus, creusant davantage son avance sur ses poursuivantes alors que les tours défilent. À la ligne d’arrivée, Pauline maintient la cadence et s’empare de la victoire, reléguant sa principale concurrente la Néerlandaise Puck Pieterse à 50sec. Le podium est complété par la Sud-Africaine Candice Lill.

Les yeux rivés sur les JO

Il ne fait aucun doute que la très grande forme de la vététiste tricolore Pauline Ferrand-Prévot va marquer les esprits, spécialement chez ses adversaires. Après avoir volontairement mis de côté les deux premières étapes de la Coupe du Monde de VTT en début d’année au Brésil, PFP signe un retour gagnant en remportant coup sur coup les deux rendez-vous qui ont suivi. « Il fallait juste que je me concentre sur mon rythme. J’ai réussi à faire ma course pour aller aussi vite que possible et à la fin ça a payé », a déclaré la Championne du Monde en titre auprès des journalistes de l’Union Cycliste Internationale.

Malgré un excellent début de saison (avec 8 victoires en 9 courses), PFP garde les pieds sur terre et se donne pour objectif de performer durant les prochains Jeux Olympiques de Paris 2024 : « Tout est question de préparation pour les Jeux Olympiques. C’est intéressant de voir comment ça se passe, où je me situe par rapport à mes adversaires. C’est un processus long et j’ai hâte d’être le 29 juillet. » Sa compatriote Loana Lecomte termine quatrième de la course XCO de Val di Sole.

En pleine possession de ses moyens, Pauline Ferrand-Prévot devra maintenir le rythme durant les deux derniers rendez-vous de la Coupe du Monde de VTT, avant les JO : à Crans-Montana en Roumanie les 22 et 23 juin ; Les Gets-Portes du Soleil du 4 au 7 juillet en France.

Continuer à lire...

Tendance