Connect with us

Tennis

Caroline Garcia évoque sa mauvaise dynamique du moment

Publié

le

Après sa défaite lors du deuxième tour de l’Open d’Australie contre Magdalena Frech, Carolina Garcia semblait très ému et a évoqué sa mauvaise dynamique du moment.

Carolina Garcia a connu une saison compliquée et s’est inclinée contre la Polonaise Magdalena Frech (6-4, 7-6 [2]) lors du deuxième tour de l’Open d’Australie. Elle était émue aux micros de L’Équipe et s’est exprimée concernant sa mauvaise dynamique actuelle.

 

Elle avait pourtant bien commencé ce match :

« J’étais devant au score au début du match, mais ça ne partait quand même pas bien. Je ne sais pas trop quoi dire, sur le moment. Ce que j’ai dit il y a deux jours est toujours vrai. Les émotions, le stress, ce sont des choses difficiles en ce moment. Il y a le niveau de jeu et pouvoir jouer au tennis. À partir de là, quand c’est compliqué, tu te bats contre plusieurs personnes. »

 

A t-elle prévue de travailler sur un autre aspect que le tennis après sa saison 2023 compliquée ?

« C’est quelque chose que je fais depuis longtemps, en fait, et je continue à le faire. Mais, si on arrivait à comprendre et à gérer les émotions du jour au lendemain, je pense qu’il n’y aurait plus personne de stressé sur terre. Le sport, c’est difficile, on cherche toujours à trouver des solutions. Parfois, elles sont techniques, parfois tactiques, parfois c’est physique et à d’autres moments c’est de la gestion d’émotions, savoir ce que l’on veut faire. J’aimerais pouvoir vous l’expliquer, mais c’est dur de mettre des mots dessus. J’imagine que de l’extérieur les moments par lesquels je passe sur le terrain peuvent sembler excessifs, mais c’est comme ça. Parfois, ça reste à l’intérieur et personne ne voit rien, parfois ça sort et ça fait du bien. »

 

Sa tristesse actuelle :

« Après… Ce n’est qu’un deuxième tour de l’Open d’Australie, mais je joue une fille qui est moins bien classée. Pourquoi je me mets dans un état pareil ? J’en sais rien, en fait. Mais depuis un certain temps, c’est comme ça et je n’arrive pas à le dépasser. En fait, ça me bouffe. Parfois, je me demande pourquoi je fais ça. Mais chaque jour je me dis que je vais continuer à essayer. Peut-être qu’au bout, je retiendrai la leçon de ma carrière sportive pour passer à autre chose. J’aurais beaucoup appris sur moi-même et ça m’aidera dans ma vie d’après. Mais parfois, tu te demandes pourquoi tu fais ça. Et il y a l’équipe, la famille… Tu es tout le temps dans la machine à laver et tu dois y aller. »

Pense t-elle à faire un break ?

« Parfois, j’y pense. Je me dis que ça pourrait me permettre de penser à autre chose, mais il y a de bons paramètres et de mauvais dans toutes les options, continuer ou faire un break. Il n’y a pas de bonnes solutions, je pense. C’est sûr que là, c’est très difficile. Mais je n’oublie pas les bons matches que j’ai faits en début de saison, notamment à la United Cup. Ce n’était pas du tout le même début de saison que l’an dernier et c’est ce qui rend cette défaite encore plus difficile. Mais je ne veux pas tout oublier, car il y a eu du positif, à cause de ce match. » (Déclarations via lequipe.fr).

 

Continuer à lire...
Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dossier

premier succès en Grand Chelem pour la Française de 14 ans Efremova à l’Open d’Australie juniors

sport féminin

Publié

le

C’est la sensation de cet Open d’Australie 2024 dans la catégorie junior. La Française Ksenia Efremova âgée de 14 ans se qualifie déjà pour les quarts de finale d’un Grand Chelem. Bénéficiaire d’une invitation pour intégrer le tableau de l’Open d’Australie junior, la native de Moscou enchaîne les victoires et réalise déjà une superbe performance.

Une victoire face à une tête de série

Invitée à participer à son premier tournoi du Grand Chelem, la Française Ksenia Efremova signe de très beaux résultats lors de cet Open d’Australie 2024, dans la catégorie junior. Dès son entrée dans la compétition, elle affrontait au premier tour la Tchèque Tereza Valentova, tête de série n° 5 du tournoi. Pas de quoi intimider la Niçoise qui écarte sa concurrente en 1h42 de jeu seulement, sur le score de 7-6 6-4. Ce petit exploit permet à Ksenia Efremova de signer sa première victoire en Grand Chelem, en plus de sa qualification pour le second tour du tournoi. Le lendemain de sa victoire, Ksenia Efremova devait défaire la Japonaise Hayu Kinoshita.

Une deuxième victoire de suite

Bien lancée dans son tout premier tournoi du Grand Chelem, Ksenia Efremova n’a pas tremblé face à son adversaire au second tour. Elle était cette fois opposée à la Japonaise Hayu Kinoshita, dans la nuit du dimanche 21 au lundi 22 janvier. Tout comme son match au premier tour, la Française s’impose en deux manches 6-2 6-3 face à la 823e mondial, se qualifiant par la même occasion pour les huitièmes de finale.

Jusqu’ici, la jeune tenniswoman naturalisée en septembre dernier n’a pas failli à sa réputation de prodige, elle qui avait remporté son premier ITF à Monastir, en Tunisie en début de saison. Pour la suite de sa compétition, Ksenia Efremova devait se défaire de la vainqueure du choc entre la Britannique Hephzibah Oluwadare et l’Américaine Mia Slama.

Jamais deux sans trois

En huitième de finale de l’Open d’Australie catégorie junior, le choc anglophone opposant la Britannique Hephzibah Oluwadare et l’Américaine Mia Slama s’est soldé par la victoire de cette dernière. La rencontre s’est jouée en 3 manches 6-4 4-6 6-4. Mia Slama devait alors freiner la progression de Ksenia Efremova pour se faire une place en quart de finale. Il n’en sera rien, car c’est bel et bien la Française qui s’adjuge une troisième victoire de suite pour son tout premier tournoi de Grand Chelem en éliminant son adversaire américaine en deux manches sur le score de 6-4 6-2.

Pour son tout premier quart de finale d’un tournoi majeur du circuit professionnel, la prodige française affrontera la Slovaque Renata Jamrichova, qui n’est ni plus ni moins que la tête de série n°1 de la compétition. Un sacré morceau dont devra se défaire Ksenia Efremova si elle souhaite continuer son aventure en Australie. Tout comme elle, son adversaire en quart s’est défaite de ses concurrentes en deux manches depuis le premier tour. En cas de succès, Ksenia Efremova retrouvera en demi-finale de l’Open d’Australie Junior 2024 la victorieuse de l’affiche opposant la Japonaise Ena Koike (tête de série n°10) et la Russe Vlada Mincheva (tête de série n°15).

Continuer à lire...

Dossier

TennisCaroline Garcia lance son podcast pour partager les coulisses du circuit professionnel

sport féminin

Publié

le

Caroline Garcia, actuel n°20 au classement WTA, a annoncé la création de son propre podcast intitulé « Tennis Insider Club ». À travers ce podcast, Caroline Garcia souhaite « montrer les coulisses du circuit professionnel et de partager des anecdotes sur les meilleurs athlètes du milieu ». Une annonce qui intervient alors que la France disputait encore sa place pour atteindre les quarts de finale de la United Cup.

Raconter les coulisses du tennis professionnel

C’est sur son compte Instagram que la joueuse de tennis française Caroline Garcia a annoncé la création de son podcast « Tennis Insider Club ». Ce programme a pour ambition de faire découvrir au grand public ainsi qu’aux passionnés de tennis les coulisses du monde professionnel. Si les détails des programmes n’ont pas encore été dévoilés par la principale intéressée, on peut aisément deviner les différents thèmes qui pourraient être abordé : entrainement, préparation mentale, choix d’équipementier, premier pas dans le monde professionnel du tennis… On peut également supposer que la présentation des tournois et quelques explications autour des partages des points au classement WTA soient au programme.

En attendant la sortie du premier épisode, Caroline Garcia explique dans sa publication que l’intégralité du podcast se fera en anglais. Elle ajoute cependant qu’elle fera le maximum pour ajouter des sous-titres en français sur chaque vidéo. La date du premier podcast n’a également pas encore été révélée par Caroline Garcia.

Caroline Garcia brille en United Cup

Cette annonce intervient alors que Caroline Garcia joue actuellement en United Cup. Après la défaite d’Adrian Mannarino face à l’Allemand Alexander Zverev sur le score de 6-4 4-6 3-6, c’est la Lyonnaise qui recolle au score face à nos voisins d’outre-Rhin, en battant pour sa part Angelique Kerber (qui retrouve les terrains après la naissance de sa fille en février dernier). La championne WTA 1000 de Cincinnati en 2022 concède la première manche 1-6, avant de renverser le cours du match en infligeant à son adversaire un 6-2 6-2.

L’affrontement entre l’Allemagne et la France s’est donc joué sur le double. Ici encore, c’est la Française épaulée par Édouard Roger-Vasselin qui permet à la France de conclure avec une victoire lors du double 7-6 6-2 12-10 face au binôme Zverev/Kerber. Après avoir battu l’Italie durant la dernière journée des phases de groupe, Caroline Garcia et ses coéquipiers parviennent alors à se qualifier pour les quarts de finale de la compétition où il retrouvait la Norvège menée par un certain Casper Ruud.

Rebelote face à la Norvège

À quelques détails près, l’affrontement entre la France et la Norvège ressemble à celui face à l’Allemagne pour le clan tricolore. En effet, Adrian Mannarino s’incline face à Casper Ruud 1-6 4-6, tandis que Caroline Garcia va au charbon pour ramener une victoire pour la France face à Malene Helgø 6-2 6-7 7-6. La victoire se joue ici aussi sur le double, mais le binôme Roger-Vasselin/Garcia frappe et est plus expéditif face à Ruud/Eikeri, remportant ainsi la rencontre 7-5 6-4. En demi-finale, la France portée par une excellente Caroline Garcia affrontera soit la Grèce soit l’Allemagne ce 6 janvier 2024, tandis que l’autre demi-finale opposera la Pologne et l’Australie.

Continuer à lire...

Dossier

Tennis US Open : les mêmes balles pour les Hommes et les Femmes,Une première depuis 1980,

sport féminin

Publié

le

C’est une grande première dans l’histoire du tennis ! En effet, pour la première fois depuis l’année 1980, les hommes et les femmes jouent désormais avec les mêmes balles de tennis. Si cela peut sembler infime, il s’agit d’un grand pas dans la parité hommes-femmes dans le monde du tennis.

D’ailleurs, le tournoi de l’US Open se veut être un précurseur dans l’égalité des sexes dans le tennis car cette année, l’organisation fêtera les 50ans de l’égalité des gains entre les joueurs et les joueuses. Tour d’horizon sur cette décision prise avant le coup d’envoi de ce grand chelem New-Yorkais.

Une différence de contrôle et de ressenti

Si l’US Open a fait de l’égalité hommes-femmes un de ses principes fondateurs, notamment au niveau du prize money, les trois autres tournois majeurs (Open d’Australie, Wimbledon et Rolland Garros) ont adopté depuis longtemps les mêmes balles pour hommes et femmes. Les spectateurs de l’US Open n’ont sans doute jamais remarqué la différence entre les balles utilisées par les joueurs et les joueuses de tennis lors des matchs du Grand Chelem américain. Pourtant, il y a bel et bien une différence.

Les balles utilisées par les hommes étaient toujours des Wilson Regular Duty, des balles apparemment similaires à celles utilisées par les femmes mais dont la différence se jouait au niveau du ressenti et de la jouabilité. En effet, les balles utilisées par les femmes, plus légères, étaient qualifiées de trop volatiles et difficiles à contrôler par les joueuses qui s’en sont plaintes à plusieurs reprises.

La numéro un mondiale Iga Swiatek a d’ailleurs déclaré : “Le fait est que les balles sont plus légères. Elles volent complètement. Nous avons des jeux vraiment puissants en ce moment. Ce n’est pas comme il y a 10 ans où les filles, sauf Serena (Williams), jouaient plus lentement. Maintenant, nous jouons avec de la puissance. Mais avec ces balles, nous faisons plus d’erreurs, c’est sûr. Donc je ne pense pas que ce soit vraiment agréable à regarder visuellement. Je ne sais pas pourquoi elles sont différentes de celles des hommes.” Paula Badosa, numéro 4 mondiale, s’est également indigné devant la nature légère et difficile à contrôler des balles réservées aux femmes lors des éditions précédentes.

La même balle « US Open Extra Duty » pour les hommes et les femmes

Après de nombreuses plaintes sur la nature des balles, l’US Open a finalement opté pour la même balle pour les hommes et les femmes. Baptisée « US Open Extra Duty », cette balle est actuellement en période d’essai selon Stacey Allaster, directrice de l’US Open.

Cette dernière d’expliquer : « En ce moment, c’est une période d’essai, la WTA sonde les joueuses. La Wilson Duty Extra a d’ailleurs été utilisée à Montréal et à Cincinnati. Elle nous donnera son feed-back à la fin du tournoi, et nous verrons alors si l’on continue ou si on revient aux anciennes balles. Au bout du compte, la décision revient à 100% aux joueuses et c’est très bien comme ça. » Les joueuses, de leur côté, semblent apprécier cette décision.

Iga Swiatek a ainsi déclaré : « J’ai l’impression que c’est plus logique de jouer avec cette balle parce qu’elle est plus durable que la précédente, qui était plutôt conçue pour la terre battue. En tout cas, celle-ci semble plus facile à contrôler. Mais ce n’est que mon avis. »

Continuer à lire...

Tendance