Connect with us

Dossier

Doriane Pin rejoint Mercedes et la F1 Academy

sport féminin

Publié

le

Une nouvelle page s’écrit pour la Française Doriane Pin. Du haut de ses vingt printemps, et après avoir été sacrée Révélation de l’Année 2023 en WEC, Doriane Pin rejoint maintenant la prestigieuse écurie allemande de Formule 1 Mercedes-AMG Petronas et participera à la prochaine saison de la F1 Academy.

Pocket Rocket rejoint le programme Mercedes Junior

C’est clairement un tournant dans la carrière de la jeune pilote Doriane Pin, surnommée Pocket Rocket (fusée de poche) en raison de son 1m59 qui ne l’empêche pas de performer en WEC l’année dernière, dans la catégorie LMP2. Après la course d’endurance, Doriane Pin embarque donc en Formule 1 et rejoint la prestigieuse écurie Mercedes-AMG Petronas. Pour sa première participation à la F1 Academy, la compétition de course en monoplace spécialement dédiée aux femmes qui est organisée depuis 2023 par la Formula One Group.

Suite à l’annonce de l’écurie allemande, la principale intéressée s’est exprimée sur ce nouveau chapitre de sa carrière : « Un nouveau chapitre s’ouvre et je suis fière de franchir cette nouvelle étape au sein d’une équipe aussi prestigieuse et dans le cadre du projet Iron Dames. […] Passer aux monoplaces était un objectif clair pour ma carrière, et me retrouver dans cet environnement est une excellente approche. » Doriane Pin fera ses premiers pas dans la F1 Academy dès ce 9 mars en Arabie-Saoudite, en marge du deuxième rendez-vous de la saison en F1.

Iron Dames et Prema Racing en soutien

Pour l’épauler dans cette nouvelle étape de sa jeune carrière, Doriane Pin peut compter sur le soutien du programme Iron Dames, de l’écurie Mercedes-AMG Petronas et de son ancienne équipe en WEC LMP2 Prema Racing. Pour ses premiers pas en F1 Academy, Doriane Pin roulera sous la bannière de Prema Racing, en tant que deuxième pilote, aux côtés de la Suissesse Tina Hausmann.

De son côté, l’écurie allemande vice-championne du monde en titre en catégorie reine a déclaré avoir été impressionnée par l’évolution de Doriane, depuis ses sacres en karting en 2019 puis lors de la « Ferrari Challenge Europe », trois ans plus tard. L’actuel patron de l’écurie, l’Autrichien Toto Wolff, a déclaré : « Doriane est un talent prometteur et nous sommes heureux de rejoindre la F1 Academy en la choisissant comme pilote ». « Je suis reconnaissante de leur confiance et honorée de courir pour leurs couleurs. Passer à la monoplace était un objectif clair pour ma carrière, et être dans cet environnement est une excellente approche. Je travaille très dur pour atteindre le plus haut niveau dans ce sport et j’ai hâte de courir », ajoute Doriane Pin.

Concernant la F1 Academy, il s’agit d’une compétition 100% féminine qui sert de tremplin pour les femmes pilotes souhaitant évoluer en Formule 1. La F1 Academy ne compte actuellement que 5 écuries, et chacune d’entre elles doit engager 3 pilotes. Selon le règlement, chacune des écuries de F1 masculine doit soutenir l’une des participantes de ce championnat féminin. Outre Mercédès, l’écurie Williams a annoncé avoir signé la fille de la légende Ken Block, Lia Block. L’écurie Alpine a quant à elle décidé de soutenir la pilote britannique Abbi Pulling.

Continuer à lire...
Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dossier

JO 2024. La liste des équipes féminines qualifiées pour le tournoi olympique de rugby à 7

sport féminin

Publié

le

Les Jeux olympiques de Paris 2024 approchent à grands pas. Les places qualificatives dans de nombreuses épreuves sont déjà presque toutes complètes. C’est le cas notamment pour le tournoi olympique de rugby à 7, dans la catégorie des femmes.

La France, la Nouvelle-Zélande et l’Australie présentes

Les 12 places pour le tournoi olympique de rugby à 7 féminin sont presque toutes prises. À quelques mois seulement du lancement des Jeux Olympiques de Paris 2024, il ne reste plus qu’une seule place à aller chercher pour 12 nations. Ces dernières devront encore passer par le tournoi de qualification qui se tiendra du 21 au 23 juin 2024 à Monaco. La nation qui sortira vainqueure de ce tournoi de qualification rejoindra donc les onze autres pays déjà qualifiés pour le Tournoi olympique qui aura lieu du 28 au 30 juillet au Stade de France.

Parmi les nations déjà qualifiées, on retrouve la France (pays hôte), l’Australie Championne du monde en titre ainsi que la Nouvelle-Zélande championne olympique en titre. La France, qui revient justement d’une confrontation face à la Nouvelle-Zélande lors du tournoi de Vancouver. La finale qui se jouait ce dimanche 25 février s’est soldée par une lourde défaite des Bleues face aux Black Ferns Sevens sur le score de 35-19.

Pour autant, CIOFANI Anne-Cécile et ses coéquipières n’auront pas le temps de digérer cette énième défaite en finale d’une compétition, puisqu’elles doivent enchainer à Los Angeles, du 1er au 3 mars.

Les onze nations qualifiées pour les JO

Sur les douze places pour le tournoi olympique au rugby à 7 féminin, onze nations disposent donc de leurs tickets. En complément du trio favori présenté plutôt (France, Australie, Nouvelle-Zélande), on retrouve donc les États-Unis, l’Irlande, le Brésil, le Canada, la Grande-Bretagne, l’Afrique du Sud, les Fidji et le Japon. La dernière place se jouera donc lors du tournoi qualificatif à Monaco fin juin 2024 où 12 autres nations vont devoir s’affronter.

Réparties dans 3 poules différentes, ces dernières auront pour objectif la première place de chaque poule, pour ensuite disputer un tableau final. Le vainqueur sera récompensé par la qualification vers le tournoi olympique à Paris. Voici donc la liste des nations qui seront aux prises pour ce dernier ticket pour les Jeux Olympiques de Paris 2024 :

  • Argentine
  • Chine
  • Hong Kong
  • Jamaïque
  • Kenya
  • Mexique
  • Ouganda
  • Papouasie-Nouvelle-Guinée
  • Paraguay
  • Pologne
  • République Tchèque
  • Samoa

La France poursuit les 7 world Series

L’heure est à la préparation pour les Bleues, car le circuit SVNS continue et entame sa dernière partie. Après Vancouver, les joueuses de rugby à 7 tricolores auront à cœur de rebondir à Los Angeles du 1er au 3 mars. Ensuite, la compétition se poursuivra à Hong Kong puis à Singapour, avant de terminer en Espagne, en juin. À ce stade des SVNS 2023/2024, la France occupe la troisième place au classement général avec 62 points, juste derrière la Nouvelle-Zélande et ses 66 points, tandis que la première place est tenue par l’Australie et ses 72 points.

Continuer à lire...

Dossier

Finale ligue des nations : Victoire de l’Espagne sur la France

sport féminin

Publié

le

Malgré une excellente saison en Ligue des Nations, l’équipe féminine de football de France ne soulèvera pas le premier trophée de son histoire. Les Bleues ont concédé leur unique défaite de la compétition au pire moment, en finale, face à l’Espagne sur le score de 2-0. Une grosse désillusion à quelques mois des JO de Paris 2024.

La dernière marche trop haute pour les Bleues

La Ligue des Nations féminine se termine de la manière la plus amère pour l’équipe de France, battue 2-0 par l’équipe championne du Monde en titre l’Espagne. Pourtant, les Françaises avaient réussi le plus dur en s’imposant en demi-finale 2-1 face à l’Allemagne, leur ouvrant la route vers la première finale de l’histoire de la sélection féminine. Un cap psychologique est alors passé, mais la dernière marche était trop haute pour les joueuses d’Hervé Renard. Tout au long de la rencontre, c’est bien la Roja qui domine les débats en se montrant agressive et créative, aussi bien dans sa partie de terrain que dans celle des Bleues.

Logiquement, Eugénie Le Sommer et ses coéquipières concèdent le premier but de la rencontre à la 32e minute, sur un but d’Aitana Bonmati. Les deux équipes rentrent aux vestiaires sur le score de 1-0. La France tente alors de se reprendre en seconde période, mais ne parvient pas à concrétiser le peu d’occasions qu’elle s’est créées (aucun tir cadré tout au long de la rencontre côté français). La domination espagnole ne fléchit pas pour autant, et un centre en retrait à la 53e minute trouve Mariona Caldentey qui ne se fait pas prier pour convertir cette occasion en but : 2-0 pour l’Espagne.

La France visiblement assommée est même sur le point de concéder un troisième but une minute plus tard, si ça n’avait pas été la bonne sortie de la gardienne de but Pauline Peyraud-Magnin. La portière de la Juventus s’illustre une nouvelle fois à la 84e minute pour sauver une autre action dangereuse de la part des Espagnoles. Le score n’évoluera plus, et l’Espagne est une nouvelle fois sur la plus haute marche du podium.

Spain’s forward #22 Athenea del Castillo (C) vies for the ball with France’s defender #7 Sakina Karchaoui (L) and France’s defender #06 Amandine Henry (R) during the UEFA Women’s Nations League final football match between Spain and France at the La Cartuja stadium in Seville, on February 28, 2024. (Photo by FRANCK FIFE / AFP)

« C’est la meilleure équipe qui a gagné »

La France ne décrochera donc pas son premier titre au foot féminin, là où l’Espagne enchaîne un doublé plus que retentissant en remportant successivement la Coupe du Monde et cette première édition de la Ligue des Nations. Une réussite logique du point de vue de l’entraineur des Bleues qui s’est longuement exprimé en conférence de presse après cette défaite : « Le football est simple: il faut y mettre de l’agressivité quand on n’a pas le ballon, et quand on est capables de le récupérer, il ne faut pas le perdre aussitôt. Elles nous ont imposé une pression importante et on a eu du mal à répondre, on s’est retrouvées très rapidement asphyxiées. […] L’Espagne domine le football mondial, et ce soir, c’est la meilleure équipe qui a gagné. »

Impressionné par l’engagement des Espagnoles, le technicien français a eu l’impression de jouer contre « le milieu Iniesta, Isco et Busquets » qu’il avait affronté lors de la Coupe du Monde 2018, lorsqu’il était à la tête de l’équipe masculine du Maroc. « On a perdu contre plus fort que soi et il faut repartir au combat », conclut Hervé Renard en s’orientant vers l’autre objectif de 2024 pour la France : les Jeux olympiques de Paris.

Continuer à lire...

Cyclisme

Cyclisme : Vittoria Guazzini remporte Le Samyn Dames et confirme le bon début de saison de FDJ-SUEZ

sport féminin

Publié

le

La saison 2024 de cyclisme commence bien pour l’équipe féminine de FDJ-SUEZ. Vittoria Guazzini vient de remporter ce mardi la 13e édition du Samyn des Dames, dont le tracé relie Quaregnon et Dour, en Belgique. Sur les 114,8 km de course, c’est l’Italienne qui s’empare de la victoire, devançant de peu la Finlandaise Anniina Ahtosalo (Uno-X Mobility) ainsi que l’Autrichienne Christina Schweinberger (Fenix-Deceuninck).

Troisième podium et première victoire pour Vittoria

C’est la consécration pour l’Italienne Vittoria Guazzini sur la course du Samyn des Dames, en Belgique. Déjà présente sur ce tracé en 2022 et 2023, la rouleuse de l’équipe FDJ-SUEZ n’avait cependant pas fait mieux qu’une troisième place lors des deux dernières éditions. Cette année, elle parvient donc à s’imposer dans le sprint final : « Je suis très contente, c’est la troisième fois que je viens là. J’avais fait une erreur dans le sprint l’année dernière, je ne voulais pas la refaire. Le peloton est revenu proche dans le dernier secteur, mais il fallait y croire. C’est ma première grande victoire sur la route ».

Une victoire qui s’est jouée en deux actes. À 54 km de l’arrivée, Vittoria Guazzini, Christina Schweinberger et Wilma Aintila (Lotto Dstny Ladies) se détachent du peloton pour rejoindre le groupe de tête composé d’Anniina Ahtosalo, de Karlijn Swinkels et Anneke Dijkstra. Derrière, les coureuses n’abdiquent pas, et la Française Aude Biannic de l’équipe Movistar et la Néerlandaise Charlotte Kool (Team DSM-Firmenich POSTNL) tentent une première remontée sur le groupe de tête.

Une action qui ne suffira pas à déstabiliser les coureuses, laissant le trio de tête repartir de plus belle. Une chute de la Finlandaise Wilma Aintilan à quelques kilomètres de l’arrivée ouvre la voie à Vittoria Guazzini et Christina Schweinberger à la lutte dans le sprint final. Un sprint remporté par l’Italienne sur la dernière ligne droite.

Une quatrième victoire pour la team FDJ-SUEZ

Vittoria Guazzini s’impose donc sur le Samyn des Dames 2024 avec un temps 3h02’47’’, et succède à sa compatriote Marta Bastianelli. Grâce à cette victoire, la team FDJ-SUEZ reste sur une très belle série de 4 victoires et entame parfaitement ce début de saison. Pour rappel, la formation française s’est déjà imposée lors du Championnat de cyclisme d’Australie (Cadel Evans Great Ocean Road Race) grâce à Grace Brown, imitée par ses coéquipières Cecilie Uttrup Ludwig sur le Santos Down Under et Amber Kraak sur l’UAE Tour.

Concernant les autres coureuses, le top 10 est surtout dominé par les Néerlandaises avec la quatrième place de Karlijn Swinkels (UAE Team ADQ), la cinquième place d’Anneke Dijkstra (Volkerwessels), Charlotte Kool (Team DSM-Firmenich POSTNL) à la septième place et Thalita De Jong (Lotto Dstny Ladies) à la huitième place. La première Française Aude Biannic de chez Moviestar Team termine à 4 secondes du podium et vient se placer en sixième position au classement final.

Victoire Berteau de chez Cofidis Women Team fini la course à 9 secondes du trio de tête, pour se classer neuvième. Prochain rendez-vous pour Vittoria Guazzini et sa team FDJ-SUEZ la course de Strade Bianche en Italie, ce 2 mars 2024.

Continuer à lire...

Tendance