Connect with us

Basketball

Le président de l’USLG Cherbourg évoque les objectifs de la prochaine saison

Publié

le

L’USLG Cherbourg est un club de basketball évoluant en N1 féminine. Les machistes ont récemment terminé leur saison et ont terminé à la 8ème place du classement. Sylvain Jean, le président du club, a évoqué les objectifs pour la saison prochaine lors d’une interview pour Ouest France. Découvrez certaines de ses déclarations dans cet article.

 

Le bilan de cette saison ? 

« Nous avons annoncé que ce serait une saison de transition, avec les objectifs de redonner du plaisir à notre public et de retrouver le sourire sur le terrain, tout en nous installant dans notre nouvelle salle de Jean-Nordez. On a peut-être perdu quelques matches à cause de manques collectifs ou individuels mais, globalement, nous avons réussi cette saison de transition. Je suis content de ce que nous avons accompli, et fier que le club a franchi le cap de cette descente difficile en fin de saison dernière. Nous avons repris notre marche en avant, devant un public toujours nombreux. »

 

Quel est l’objectif pour la saison prochaine ?

« Regarder vers le haut du classement, on ne va pas s’en cacher. Jouer le top 4 serait une première étape avant, la saison suivante, de viser les play-off. Après, on verra, l’appétit vient en mangeant. On construit l’équipe en ce sens. Et puis, nous aurons un groupe connaissant davantage le club, un coach présent depuis un an, des habitudes prises à Nordez. Ça compte. »

 

Gérer l’effectif avec une équipe en N1F et l’autre en N2F ne sera pas trop difficile ?

« Clairement, l’objectif de la N2F sera de se maintenir. Mais avoir nos deux équipes à ces niveaux est un atout pour faire venir de bonnes joueuses pouvant jouer avec l’une ou l’autre, selon leur forme du week-end. Nous avons demandé à la fédération que les matches à domicile de nos deux équipes se déroulent les mêmes week-ends, pour que des joueuses puissent doubler facilement. Cela se fait couramment. Nous serons peut-être plus en difficulté lors des week-ends avec déplacements des deux équipes. »

 

 

Déclarations via ouest-france.fr.

Continuer à lire...
Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Basketball

Iliana Rupert fait le point sur le Tournoi de Qualification Olympique des Bleues

Publié

le

Par

L’Équipe de France féminine de Basket vient de participer au Tournoi de Qualification Olympique et a remporté ses trois matchs. Iliana Rupert a fait le point sur ce tournoi.

 

L’Équipe de France féminine de Basket a fait le plein de confiance lors du Tournoi de Qualification Olympique, en remportant trois matchs sur trois. Les yeux sont maintenant rivés sur les Jeux Olympiques de Paris. Interrogée aux micros de la FFBB, Iliana Rupert déclare que ce tournoi a donné de la confiance aux joueuses, notamment suite au match contre la Chine. « Ça fait plaisir de repartir avec un bilan de trois victoires en trois matches. On savait que ce tournoi allait être utile pour travailler, avec notamment ce match contre la Chine, pour pouvoir se comparer à elle et voir où nous en étions depuis la Coupe du Monde et notre dernière confrontation. On est contentes de ce qu’on a fait, ça montre qu’on est capable de maintenir un haut niveau de performance, il n’y a plus qu’à reproduire cela à chaque fois. On savait que ça allait être un match important dans ce tournoi. On est contentes, on savait qu’on allait pouvoir les avoir avec notre intensité physique. Si on les laissait jouer leur basket, chez elles, ça allait être dur. On a su leur rentrer dedans dès le début, pendant 40 minutes. On s’est rendu la tâche facile, on a mené jusqu’à 43 points contre cette équipe vice-championne du Monde il y a moins de deux ans. C’est positif pour la suite. »

De biens bonnes nouvelles, à seulement quelques mois des JO. « Forcément, c’est le timing parfait à quelques mois des Jeux de Paris 2024. Quand on voit tout le travail qu’on fait depuis toutes ces années, on sait que ça peut prendre un peu de temps pour porter ses fruits, mais là on a montré qu’on avait réussi à concrétiser cela. Voir ce qu’on est capable de faire avec une équipe presque au complet, à quelques mois des JO, ça nous donne de la confiance. Mais on sait aussi que dans le sport, rien n’est jamais acquis. » (Déclarations via ffbb.com).

 

Continuer à lire...

Basketball

Basket : Les Bleues pulvérisent la Nouvelle-Zélande en conclusion du TQO

sport féminin

Publié

le

Trois sur trois pour les Bleues dans son tournoi de qualification pour les Jeux Olympiques de Paris 2024, dans la catégorie basket. Les filles de Jean-Aimé Toupane n’ont eu aucune difficulté à se défaire de la Nouvelle-Zélande, marquant une victoire écrasante 94-39 face aux Tall Ferns. Un résultat plus que satisfaisant et qui démontre la bonne forme de l’équipe de France de basketball féminin, à quelques mois du lancement des JO qui se jouent à domicile.

Un sans-faute en Chine pour les Bleues

La France étant qualifiée d’office pour les Jeux Olympiques étant donné son statut de pays organisateur, le déplacement à Xi’an en Chine de la section féminine de basket s’annonçait surtout comme un stage d’entrainement. Pour ce tournoi de qualification olympique, les Bleues avaient pour mission de faire bonne image face à Porto Rico, à la Chine et à la Nouvelle-Zélande.

On peut dire que la mission est accomplie avec la manière puisque la France totalise trois victoires en autant de matchs : 88-40 face à Porto Rico, 82-50 face à la Chine, 94-39 face à la Nouvelle-Zélande. Une performance qui va bien avec le statut de favoris de l’équipe de France pour ces Jeux Olympiques, malgré une défaite en demi-finale lors du dernier Eurobasket, 63-67 face à la Belgique.

Retour gagnant pour Marine Johannès et Gabby Williams

Ce tournoi de qualification olympique était surtout l’occasion pour Marine Johannès et Gabby Williams de retrouver les parquets sous les couleurs tricolores. Sans surprise, Gabby Williams a montré tout son talent face aux Néo-Zélandaises, en marquant 21 points en 19 minutes, dont 13 points dès le premier quart-temps. Marine Johannès a également participé à cette correction infligée aux Tall Ferns, en inscrivant 8 points en 17 minutes, dont 2/5 au tir à 3 points.

L’absence de Sandrine Gruda (blessée à la cuisse) n’a pas eu de grave conséquence sur les performances des Bleues, puisque sa remplaçante au poste de pivot Dominique Malonga (1.98m, 18 ans) a su saisir sa chance en marquant 13 points à 6/10 au tir. Autre absente du groupe, Marine Fauthoux sera préservée jusqu’aux JO, dû à sa blessure au dos.

Liste des douze nations qualifiées

Grâce à ses trois victoires sur trois matchs, la France termine à la première place de son groupe 3, dans ce tournoi qualificatif pour les Jeux Olympiques de Paris 2024. La Chine termine à la deuxième place du groupe, tandis que Porto Rico termine à la troisième et dernière place qualificative. Les Néo-Zélandaises ne participeront donc pas aux JO de Paris 2024.

Dans les autres groupes, voici les neuf autres nations qualifiées :

  • Groupe 1 : Australie, Allemagne, Serbie
  • Groupe 2 : États-Unis, Belgique, Nigéria
  • Groupe 4 : Japon, Espagne, Canada

Les meilleures nations du basketball féminin se retrouveront donc à Paris, du 18 juillet au 11 août, pour s’affronter dans le cadre des JO de Paris 2024. Les phases préliminaires se joueront au stade Pierre Mauroy, tandis que les phases finales sont organisées à Arena Bercy. Quelle équipe succèdera donc aux États-Unis pour le titre de Champion Olympique au basket féminin ?

Continuer à lire...

Basketball

Marine Johannès évoque son grand retour avec les Bleues et les JO 2024

Publié

le

Par

Marine Johannès a enfin fait son grand retour avec l’Équipe de France, après quelques différents avec la fédération française de basketball. Aux micros de L’Équipe, elle a évoqué ce retour et les Jeux Olympiques 2024.

 

Comment vit-elle son retour en Équipe de France ? 

« Je suis super contente de retrouver le groupe. Ça faisait longtemps, j’ai même l’impression que l’absence a duré plus d’un an. Je suis dans un état d’esprit où j’ai juste envie de retrouver le maillot, les filles, les entraînements, les matches. En plus, on joue un TQO alors qu’on est déjà qualifiées, ça donne une saveur un peu particulière à ces retrouvailles. C’est spécial mais c’est finalement le bon moment pour retrouver l’équipe de France. On a l’envie de gagner nos matches mais aussi de travailler. Il y a moins de pression : c’est un rendez-vous qui fait office de prépa olympique, et il n’y aura pas besoin de se prendre la tête. Je veux retrouver mes automatismes, et gagner. C’est le discours depuis le début du rassemblement, pour toute l’équipe. »

 

Cette absence a été digérée ?

« De mon côté, comme celui de la Fédération, nous sommes passés à autre chose. On s’est pas mal appelés avec Jean-Pierre depuis un an. On est tous d’accord sur le fait qu’il faut aller de l’avant. Je suis là aujourd’hui, c’est une bonne nouvelle. Mon objectif était de disputer les Jeux, donc figurer dans le groupe est un premier pas intéressant pour la suite. C’est ce qui me contente le plus. »

 

A t-elle eu peur de ne pas jouer les JO de Paris ?

« Ça n’a jamais pris ces proportions. Il n’y a jamais eu d’énervement dans nos échanges avec le staff et la Fédération ces derniers mois. Il y avait matière à discuter surtout. Ça a demandé de s’adapter, de mon côté également. Je n’aime pas rester en mauvais termes avec les gens, on ne sait jamais ce qu’il peut se passer. J’étais triste de ne pas être avec l’équipe pour l’Euro. On a fait nos vies chacun de notre côté, mais je pense qu’il va y avoir du positif à se retrouver avec les Bleues ! »

 

Comment se passe ce rassemblement ?

« On a douze joueuses qui s’entendent super bien, sur et en dehors du terrain. La cohésion, l’alchimie, ce sont des éléments sur lesquels Jean-Aimé insiste beaucoup. Je trouve ça plutôt bien, il nous demande même régulièrement de nous appeler entre nous. C’est une question de culture d’équipe à mettre en place, de continuer à apprendre à se connaître, à se soutenir dans les moments difficiles. En équipe de France, on nous demande de faire des choses qu’on n’a pas l’habitude de faire en club. Il faut accepter son rôle, le comprendre. Et ça peut être difficile, pour tout le monde. » (Déclarations via l’équipe.fr).

 

Continuer à lire...

Tendance