Connect with us

Dossier

Les athlètes féminines qui ont marqué l’histoire du sport : retour sur les exploits des grandes championnes de tous les temps

sport féminin

Publié

le

Au cours de l’histoire du sport, de nombreuses athlètes féminines se sont distinguées et ont permis de populariser leurs disciplines sportives. Par ailleurs, plusieurs d’entre elles ont marqué l’histoire grâce à leurs performances et ont permis par la même occasion de faire rayonner encore plus le sport féminin dans sa globalité. Voici donc une sélection des plus grands exploits sportifs établis par des athlètes féminines.

Sonja Heni, la décuple championne du monde patinage artistique

Sonja Heni était une patineuse artistique norvégienne née le 8 avril 1912 à Oslo, et décédée le 12 octobre 1969. Durant sa carrière de patineuse artistique, Sonja Heni remporte 3 titres Olympiques, et 10 titres de championne du monde, ce qui est un record qui tiens toujours jusqu’à aujourd’hui. En plus de sa carrière marquante sur les pistes de patinage, Sonja Heni fut également actrice.

Nadia Comaneci, la première gymnaste à avoir obtenu la note de 10

Nadia Elena Comaneci est une gymnaste roumaine née le 12 novembre 1961 à Onesti. Nadia s’est démarquée en remportant 5 médailles d’or aux Jeux Olympiques et en obtenant la note parfaite de 10/10. Grâce à elle, la gymnastique a connu un regain de popularité auprès du public et des médias.

Marina Navratilova, la légende du tennis féminin

Le tennis est également une discipline sportive où de grandes athlètes féminines ont pu écrire leurs noms sur le marbre. Suzanne Lenglen (81 titres en simple et 73 titres en double), Steffi Graf ou encore Serena Williams sont quelques-unes des stars internationales qui ont marqué l’histoire du tennis féminin. Néanmoins, celle qui nous intéresse possède un palmarès tout aussi remarquable : Marina Navratilova. Avec ses 168 titres en simples, 177 titres en double dames, 18 Grand Chelem (dont 6 titres de suite), 31 titres du Grand Chelem en double dames et 10 en double mixte, la joueuse tchécoslovaque est tout simplement la deuxième joueuse la plus titrée de l’histoire du tennis féminin, juste derrière la légendaire Australienne Margaret Smith Court.

Jeannie Longo, la cycliste la plus titrée

Jeannie Long est une cycliste française né le 31 octobre 1958 et qui, durant sa carrière, a remporté un nombre impressionnant de victoires et de titres olympiques. Elle totalise en tout 30 médailles olympiques et mondiales, 13 championnats du monde, 3 victoires au Tour de France féminin et a établi pas moins de 38 records du monde.

Marie-José Perec, la première a remporté deux victoires au 400 m

Marie-José Perec est une athlète guadeloupéenne triple championne olympique. Durant sa carrière, Marie-Jo s’est démarquée sur les épreuves de 200 m et 400 m. Mieux encore, Marie-Jo est la première athlète (homme et femme confondue) à avoir remporté le titre sur 400 m lors de deux Jeux Olympiques consécutifs.

Laure Manaudou

Une autre championne française a également permis à sa discipline de gagner en visibilité : Laure Manaudou. En effet, Laure Manaudou est multiple recordwoman de France, d’Europe et du Monde sur 100m dos, 200m dos, sur 200m, 400m, 800m et 1500 m nage libre. Elle détient également plusieurs titres de Championne de France, Championne du monde et Championne d’Europe. Aux J.O, elle compte 1 médaille d’or, 1 d’argent et 1 en bronze.

Lisa Leslie

Pour finir, direction les États-Unis avec la basketteuse professionnelle en WNBA Lisa Leslie. Le 30 juillet 2002 marque le tournant pour l’histoire de la WNBA car c’est à cette date que Lisa Leslie réaliser le premier dunk de l’histoire du basketball féminin. De plus, Lisa Leslie est la première femme à remporter quatre titres olympiques consécutifs et est triple championne du monde de basket. Enfin, c’est la première basketteuse à franchir la barre des 3 000 points inscrits dans sa carrière.

Continuer à lire...
Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dossier

Foot Ball : Gaëtane Thiney croit encore aux JO 2024 avec les Bleues

sport féminin

Publié

le

La capitaine du Paris FC, Gaëtane Thiney, ne renonce pas à son retour en équipe de France. Dans une interview accordée à beIN Sports, la joueuse de 38 ans ambitionne de participer aux Jeux Olympiques avec les Bleues, avant de tirer sa révérence. Un retour espéré pour une joueuse au fort caractère qui n’a plus été appelée en sélection nationale depuis 2019.

Une joueuse efficace

Alors que l’équipe de France entame son dernier match de Ligue des Nations ce mardi 5 décembre 2023 à 19h15 face au Portugal, une ancienne joueuse de l’équipe de France envoie un message à Hervé Renard. Gaëtane Thiney, qui évolue actuellement au poste d’attaquante au Paris FC, a fait entendre son désir de rejouer pour l’équipe de France, notamment en vue des prochains Jeux Olympiques de Paris 2024.

Joueuse d’expérience, avec ces 163 sélections en 12 ans (début de l’aventure tricolore en 2007) et 58 buts marqués sous le maillot des Bleues, Gaëtane Thiney a été décisive lors des matchs de qualification pour la Ligue des Champions féminine 2023, face à Wolfsburg et à Arsenal. De plus, en ce début de saison, l’originaire de Troyes montre qu’elle est encore redoutable devant les buts adverses, avec 6 réalisations en 15 matchs avec son club le Paris FC, championnat et Ligue des Champions féminine confondus.

« L’équipe de France, c’est viscéral »

Malgré son potentiel offensif non négligeable et ses performances en milieu de terrain, Gaëtane Thiney n’a plus joué sous le maillot tricolore après la défaite en quart de finale de la Coupe du Monde 2019, face aux États-Unis (qui soulèveront le titre). Pour autant, la joueuse du Paris FC continue de rêver, et montre clairement son amour pour la sélection nationale : « L’équipe de France, c’est viscéral. J’aime la France, tout ce que j’ai vécu. C’est mon rêve en continu. Faire les Jeux, pour moi c’était un point final parfait. Je n’ai pas eu une carrière internationale si facile que ça. J’ai été parfois incomprise parce que les gens ne me connaissaient pas forcément. C’est dans un coin de ma tête de me dire que je ferai les Jeux olympiques 2024. » L’ambition et la volonté sont là, reste donc à attendre que ce message trouve un écho favorable auprès du sélectionneur français Hervé Renard.

Pour autant, l’équation reste délicate puisque deux grands noms du football féminin tricolore ont déjà fait leurs retours au sein de la formation : Amandine Henry et Marie-Antoinette Katoto. Ces dernières ont toutes deux marqué lors de l’avant-dernier match de groupe de la Ligue des Nations, entérinant une victoire 3-0 face à l’Autriche. Des performances qui pourraient compromettre le retour de Gaëtane Thiney en équipe de France.

Beaucoup de caractère et de franchise

Dans son interview, Gaëtane Thiney ne cache pas sa tristesse lorsque son nom ne figurait pas sur la liste des joueuses sélectionnées en équipe de France. Elle pointe notamment ses difficultés à interagir avec les anciens sélectionneurs des Bleues, difficultés essentiellement à mettre sur le compte de son caractère : « Les choix des coachs sont leurs choix. J’ai tellement vécu de déceptions quand les listes sortaient, de devoir toujours me justifier, avoue-t-elle sur Bein Sports. Pourquoi je n’y suis pas, pourquoi elle critique, pourquoi elle est difficile à gérer et à manager… Très sincèrement, si je suis difficile à manager, alors il y a peut-être des problèmes dans la formation des managers. J’ai beaucoup de caractère et une grosse qualité: ma franchise. Dans un monde où il faut parfois se taire, c’est compliqué. Je pense le faire avec tact. » Après le dernier match de groupe de la Ligue des Nations, la France retrouvera les phases finales de la compétition en février 2024, laissant le temps à Hervé Renard de trouver une place dans sa formation pour la joueuse expérimentée et ambitieuse.

Continuer à lire...

Dossier

Rugby à 7. :À Dubaï, les Bleues rêvent de la médaille d’or pour lancer leur saison olympique

sport féminin

Publié

le

Ce weekend se jouaient la première étape des World Series en Rugby à 7, qui se tenait donc à Dubaï. Les Bleues, emmenées par Valentine Lothoz ont pour ambition de bien débuter la saison en remportant la médaille d’or. Pour autant, la compétition fut rude et les Bleues devront se contenter d’une médaille de bronze. Retour sur un weekend rythmé pour l’équipe nationale féminine de Rugby à 7 de France.

Les Bleues souhaitent passer un cap

Vice-championne olympique durant les derniers Jeux de Tokyo en 2021, l’équipe de France féminine de Rugby à 7 est toujours une référence dans ce sport. Médaillée d’argent durant la Coupe du Monde de Rugby à 7 en 2018, aux Seven’s World Series en 2022 et aux derniers Jeux Olympiques de Tokyo en 2021, l’équipe de France féminine de Rugby à 7 souhaite désormais passer un cap et glaner une médaille d’or.

Les opportunités ne manquent pas, puisqu’avant l’ouverture des Jeux Olympiques de Paris 2024, les Bleues devront passer par les Seven’s World Series qui se composent cette année de huit étapes. Huit étapes qui serviront en parallèle de préparation pour les Jeux Olympiques de Paris 2024, dont la sélection féminine rêve de remporter la médaille d’or. David Courteix, l’entraîneur des Bleues en rugby à 7 explique l’ambition de ses joueuses : « Depuis quasiment le lendemain de Tokyo elles n’ont qu’une idée en tête, c’est glaner la médaille d’or et ce rêve est décuplé parce que l’échéance se déroule en France. » Remporter les Jeux Olympiques à la maison, c’est dans l’ambition et l’objectif de la saison pour la sélection féminine de rugby à 7 de France.

Une médaille d’or convoitée

Malgré cette ambition affichée et assumée, l’équipe de France féminine de rugby à 7 n’est pas la seule à vouloir décrocher l’or durant les Jeux Olympiques de Paris 2024. Les premières concernées sont les Néo-zélandaises, Championnes olympiques en titre qui a dominé purement et simplement la saison 2022.

L’Australie est l’autre prétendante sérieuse au sacre de Champion Olympique, avec une récente victoire en Coupe du Monde en 2022. « Ce sont des gros morceaux qui sont encore devant la France », admet le coach de la sélection féminine de rugby à 7, avant de reprendre : « Les équipes qui se sont imposées aux Jeux sont toujours celles qui ont dominé les Series préalables. Le rugby à VII semble être un sport où le degré d’incertitude est majoré, mais dans les faits souvent c’est le meilleur qui gagne à la fin ». Il conclut en saluant l’état d’esprit de ses joueuses qui est tourné vers le progrès, la performance et la capacité à s’adapter à toutes les situations.

Une médaille de bronze pour commencer la saison

Malgré de bonnes intentions et un bon début de compétition, la première étape du Seven’s World Series s’est soldée par une médaille de bronze pour la France. C’est face au Champion du Monde en titre l’Australie que la France a butée en demi-finale 21-14, avant de se reprendre face au Canada (26-5) et finir sur le podium. L’affiche de la finale opposait alors l’Australie et la Nouvelle-Zélande, les deux monstres de la saison dernière. Pour cette première étape à Dubaï, ce sont les Australiennes qui repartent avec la médaille d’or.

Continuer à lire...

Dossier

Marie-Antoinette Katoto : de retour en équipe de France

sport féminin

Publié

le

C’est le retour tant attendu en équipe de France féminine de football : Marie-Antoinette Katoto rejoint la sélection dirigée par Hervé Renard pour la Ligue des Nations. Ce dernier rendez-vous de l’année sera une occasion pour l’attaquante –star du PSG de retrouver des sensations et du temps de jeu en équipe nationale, après un an et demi d’absence.

De retour de blessure

L’avant-centre Marie-Antoinette Katoto fait donc son grand retour en équipe de France. Après s’être gravement blessée au genou durant l’Euro 2022, celle qu’on appelle affectueusement MAK a dû se retirer des terrains de foot pour se rétablir. C’est dans le club de la Capitale que l’attaquante de 25 ans a de nouveau foulé la pelouse, avec un bon début puisqu’elle a marqué 3 buts lors des 10 derniers matchs du club parisien, dont des rencontres en Ligue des Champions féminine. Vendredi dernier, durant sa conférence de presse à la FFF, le coach Hervé Renard s’est exprimé sur le retour de Katoto dans son effectif : « Il lui a fallu du temps (…), elle n’a toujours pas disputé une rencontre en intégralité, il faut faire preuve de patience avec Marie. Elle fait de bonnes choses, elle est capable de progresser, on va l’accompagner de la meilleure façon pour qu’elle puisse nous apporter dans un futur proche toutes ses qualités et elles sont nombreuses ».

Marie-Antoinette Katoto ne jouera pas 90 min

Concernant son nouveau rôle dans l’attaque de l’équipe de France féminine, Marie-Antoinette Katoto a de fortes chances de participer au match contre l’Autriche, le vendredi 1er décembre pour le compte de la cinquième journée de la Ligue des Nations. Ce match peut être décisif pour sécuriser la première place des Bleues dans le groupe 2, validant ainsi définitivement leur ticket pour le Final Four. Pour autant, Hervé Renard ne compte pas la faire jouer un match en intégralité : « Elle est apte à débuter, puisqu’elle l’a déjà fait en Ligue des champions. Mais la faire jouer 90 minutes serait irresponsable. » Le sélectionneur français aura donc fort à faire pour mettre en place une stratégie permettant à Marie-Antoinette Katoto de retrouver ses sensations, et pourquoi pas de marquer un ou deux buts par la même occasion, sans toutefois trop la sollicité. « Je suis encore très loin d’être 100% et je ne le serai pas avant un moment. Mon objectif, c’est d’être prête pour février-mars pour bien terminer la saison et atteindre un niveau qui se rapproche du mien », confirme MAK au micro de Franceinfo.

Un renfort de poids pour une attaque peu inspirée

Marie-Antoinette Katoto devrait donc faire partie des titulaires de l’équipe de France féminine de football pour les deux derniers matchs de Ligue des Nations, face à l’Autriche (1er décembre) puis face au Portugal (5 décembre).

Malgré que la France soit dans un groupe plutôt abordable, les Bleues sont en manque d’inspiration dans la surface de réparation adverse (5 buts marqués seulement, là où Malte, l’Espagne, la Lettonie, l’Allemagne, l’Irlande ou encore la Finlande ont toutes marqué au moins le double à ce stade de la compétition). Reste donc à Hervé Renard de trouver la bonne formule pour allier Marie-Antoinette Katoto, Eugénie Le Sommer et Kadidiatou Diani en attaque.

Continuer à lire...

Tendance