Connect with us

Handball

Mondial IHF 2023 : La France s’impose contre la Corée du Sud et se rapproche des quarts de finale

Publié

le

L’Équipe de France continue son beau chemin sur ce Mondial de handball féminin 2023. Hier, les Bleues affrontaient la Corée du Sud et grâce à leur victoire, elles se rapprochent fortement des quarts de finale.

 

Après une phase de poules parfaite avec trois victoires en trois matchs et une victoire contre l’Autriche pour le premier match du tour principal du Mondial de handball féminin, l’Équipe de France affrontait hier la Corée du Sud. Olivier Krumbholz  a fait le choix de relancer Laura Flippes, qui était blessée mais s’est remise. Camille Depuiset et Orlane Ondono ont également été intégrés sur la feuille de match, qui remplacent respectivement Hatadou Sako et Pauletta Foppa. Laura Glauser était titulaire dans le but, Estelle Nze Minko, Grâce Zaadi Deuna et Laura Flippes sur la base arrière, alors que Chloé Valentini, Sarah Bouktit et Alicia Toublanc composent la base avant.

Après un match très sérieux, les Bleues se sont imposées 33-22. C’est donc leur cinquième victoires en autant de matchs et cela ouvre quasiment la porte des quarts de finale. Elles joueront désormais première place du groupe dimanche soir face à un des pays-hôtes, à savoir la Norvège.

 

Les déclarations d’après-match :

Olivier Krumbholz : « Il fallait gagner ce match pour se qualifier et on l’a fait, donc c’est parfait. On avait un peu peur que les filles prennent ce match de travers car on avait déjà battu la Corée en préparation, mais ça n’a pas été le cas. Peut-être que le début de match a été un peu poussif, peut-être qu’on a été un peu moins brillantes mais on a très bien défendu, on les a souvent stoppées. Orlane a été très bien, très tranchante, elle fait partie des joueuses qui montent en charge. On a voulu lancer Camille et Oriane car ce n’est jamais simple d’être la dix-septième ou la dix-huitième, de sourire tout le temps sans jouer. Ce sont des filles qui ont le niveau pour ce type de matchs mais qui ne jouent pas car il y a de la concurrence. On arrive en ordre de marche avant la Norvège, on va les jouer à fond pour essayer de finir premier. Ce match arrive à point nommé pour savoir à quel niveau on se trouve. »

Laura Flippes : « Je suis super contente d’avoir retrouvé le groupe, les sensations ont été bonnes avec zéro douleur. Même si cela ne faisait que deux matchs que j’étais en tribunes, je sens tout de suite que je perds un peu le rythme, donc c’est super de pouvoir vite rejouer. Ca m’a un peu inquiété, énervé de ne pas pouvoir jouer, mais les kinés ont fait un super boulot pour me remettre sur pied. Ce soir, ce n’était peut-être pas le meilleur match qu’on ait fait, mais la Corée a un jeu atypique, avec des gros duels après avoir un peu endormi l’adversaire. J’ai l’impression qu’on a encore avancé et qu’on va savoir dimanche où on en est. Sans faire injure à qui que ce soit, la Norvège, ça va être d’un autre niveau comparé à nos adversaires précédents. C’est un grand concurrent et c’est bien de les jouer maintenant, dans un match important mais sans trop de conséquences pour la suite. »

Oriane Ondono : « Je suis très contente qu’on se soit presque qualifié en quarts de finale, en plus la bonne série de victoires se poursuit, donc c’est tout bonus. Personnellement, je travaille beaucoup à l’entrainement, mais je suis super contente d’avoir pu participer ce soir. On progresse plus en match qu’à l’entrainement. J’ai eu beaucoup de ballons, j’ai essayé de faire au mieux et j’ai pu m’exprimer en défense, un secteur que j’aime bien. Après, il a fallu tenir la distance car Sarah prend son carton rouge rapidement. Mais ça s’est plutôt bien passé. C’est toujours compliqué dans une compétition de ne faire que s’entrainer et d’arriver à être très bien le jour où on fait appel à toi. Il faut être au taquet tout de suite. » (Déclarations via ffhandball.fr).

Continuer à lire...
Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Handball

Léa Grandveau donne ses premières sensations après la victoire du Mondial de handball féminin

Publié

le

Par

L’Équipe de France de handball féminin est championne du monde depuis quelques jours, après un super parcours. Léa Grandveau, la benjamine de ce groupe, a donné ses premiers ressentis après ce titre.

 

Quel parcours incroyable a réalisé l’Équipe de France lors ce Mondial de handball féminin 2023 ! Les Bleues ont remporté 100% de leurs matchs, de la phase de poules jusqu’à la finale contre la Norvège. Le groupe a été exemplaire et notamment Léa Grandveau, la benjamine. À seulement 20 ans, elle a joué un rôle important dans la victoire, avec 5 buts. « Il y a des actions où c’est de la chance, comme quand je récupère l’engagement. Je suis à l’autre bout du terrain et je me retrouve avec le ballon dans les mains, c’est improbable. J’oublierai jamais ce match, j’ai su prendre la balle et pas trop me poser de questions. Il se trouve que ça a marché, que les filles autour ont bien bossé aussi. On ne va retenir que ça. Si, si ça pesait vraiment lourd, en plus avec un pouce en moins. Quand je suis sorti et que j’ai su que Laura ne pouvait pas reprendre, on aurait vu ma tête j’étais blanche comme un cachet ! Je suis trop heureuse ! Les solutions étaient devant moi, j’en ai profité sans trop réfléchir et ça a marché. Des fois, il faut juste foncer et ne pas se poser de questions. confie-t-elle. »

 

Continuer à lire...

Actualites

Mondial IHF 2023 : La France se qualifie pour la FINALE !

Publié

le

Par

L’Équipe de France jouait ce vendredi soir la demi-finale du Mondial de handball féminin 2023 contre la Suède et s’est imposée ! Les Bleues se qualifient donc pour la grande finale et affronteront la Norvège.

 

Après son incroyable début de parcours lors de ce Mondial de handball féminin 2023 avec 100 de victoires, l’Équipe de France affrontait ce vendredi soir la Suède. L’objectif était simple : gagner et aller en finale ! Olivier Krumbholz a choisi de laisser Camille Depuiset et Orlane Ondono en tribunes. Laura Glauser était titulaire dans le but, tout comme Pauletta Foppa au poste de pivot et la paire Alicia Toublanc/Chloé Valentini sur les ailes. Laura Flippes, Grâce Zaadi Deuna et Estelle Nze Minko étaient elles sur la base arrière.

Rapidement, les Bleues vont perdre le contrôle du match et montrer toute leur détermination. Elles avaient déjà 10 buts d’avance dans le premier acte et int ensuite tranquillement géré le match. Elles se sont imposées sur le score de 37-28 et se qualifient pour la grande finale ! Rendez-vous dimanche à 19h00 contre la Norvège.

 

Les réactions d’après-match : 

Olivier Krumbholz : « On a tout lieu d’être satisfait, on a fait un match maitrisé, une vraie belle performance. On a réussi à les prendre à la gorge dès le début et on ne les a jamais lâchées. C’est bien, on a déjà une médaille mais on ne veut pas s’arrêter là. On va rejouer la Norvège qu’on a déjà battu et qui a sorti le Danemark aujourd’hui dans des conditions difficiles. C’est sûr qu’on préfère avoir notre demi-finale que la leur, c’est moins usant. Le fait qu’on soit en finale montre que l’équipe de France est en reconquête, mais l’appétit vient en mangeant. Cette finale, c’est la concrétisation du travail réalisé depuis le début de la préparation, pendant laquelle on a eu pas mal de soucis. Quand on est arrivé le 20 novembre, il y avait peu de filles qui étaient en forme. Je parlais de monter en charge petit à petit, on y est. On est à soixante minutes d’un titre. »

Laura Flippes : « Je ne dirais pas que le match était trop facile, je considère plutôt qu’on a mis tous les ingrédients pour se le rendre facile. Défensivement, on commence très bien mais Laura les met dedans aussi, elles ont deux ou trois belles opportunités mais elle sort les ballons. On leur a vraiment mis la tête sous l’eau en insistant sur les montées de balle. On savait que c’était une équipe qui courrait, mais pas trop sur le repli, donc on a beaucoup insisté là dessus. Il y avait pas mal de joueuses malades, mais dans ces moments-là, on passe au-dessus. C’est quand même une demi-finale de Mondial. Le but était de jouer jusqu’au bout et de sortir si jamais je n’en pouvais plus. Si c’était sept minutes, c’était sept, mais quelqu’un d’autre était prêt à prendre le relais. La Norvège, ça sera un tout autre match, un match à la vie, à la mort. Ce qui s’est passé il y a une semaine ne compte plus, il y a un titre de champion du monde au bout. »

Tamara Horacek : « Le mot d’ordre était vraiment de mettre beaucoup d’intensité. On n’avait pas beaucoup couru en quart de finale, donc il nous fallait absolument remettre de l’énergie dès le départ. J’ai aimé qu’on fasse preuve de beaucoup de stabilité, même quand elles sont revenues à cinq buts en seconde période, on a tenu comme il fallait. Certes, je mets neuf buts ce soir, mais cela m’importe peu. Statistiquement, c’est sûr que c’est mon meilleur match en bleu mais en vrai, il y a des soirs où j’ai eu l’impression d’apporter énormément en défense sans que ça se voie sur la feuille de stats. Maintenant, il faut tout oublier du premier match contre la Norvège. On sait qu’on peut les battre, mais là, ça va se jouer avec les tripes, avec la tête. Il faut tout donner pour aller chercher le titre de championnes du monde. »  (Photo et déclarations via ffhandball.fr).

 

Continuer à lire...

Handball

Mondial IHF 2023 : Les Bleues sont qualifiées pour les demi-finales !

Publié

le

Par

L’Équipe de France jouait hier son quart de finale du Mondial de handball féminin 2023, contre la République-Tchèque. Les Bleues se sont imposées et sont donc qualifiées pour les demi-finales !

 

Le Mondial de handball féminine 2023 suit son cours et les Bleues font toujours autant rêver. Après 100% de victoires, elles affrontait hier la République-tchèque, dans le cadre des quarts de finale. L’objectif étau donc de filer en demi-finales, à seulement une porte de la grande finale. Olivier Krumbholz a pris la décision de rappeler Déborah Lassource dans le groupe des 16, Alicia Toublanc et Chloé Valentini étaient sur les ailes, accompagnées par Pauletta Foppa au poste de pivot. Estelle Nze Minko, Grâce Zaadi Deuna et Laura Flippes sur la base arrière tandis que Hatadou Sako est titularisée dans le but.

Les Bleus comptaient bien garder leur série d’invincibilité et c’est chose faite. Grâce à un match sérieux et une superbe défense, elles se sont imposées sur le score de 33-22. Elles sont donc qualifiées pour les demi-finales et affronteront, vendredi à Herning, le vainqueur du quart de finale entre la Suède et l’Allemagne. C’est la cinquième fois de suite, l’équipe de France féminine sera dans le dernier carré d’une grande compétition internationale.

 

Les réactions d’après-match : 

Olivier Krumbholz : « On est très heureux de se qualifier. L’équipe fait une première période en demi-teinte, comme si on n’était pas descendu de notre nuage d’il y a deux jours. Ce n’était plus la défense de l’équipe de France et on a raté beaucoup de choses en attaque, alors qu’on aurait pu se rendre le match plus facile. La deuxième est bien meilleure, Laura Glauser a été extraordinaire. En attaque, on a réussi des débordements tranchants. Au final, c’est une belle victoire, il fallait passer le quart, c’est fait et bien fait. Depuis que je suis revenu, on n’a raté qu’une demi-finale en dix compétitions, c’est quelque chose qui nous rend très fier mais qui est aussi très important car l’équipe de France, c’est un peu la vitrine du handball français. Mais il faut garder à l’esprit que c’est dur, très dur. Maintenant, je vais un peu provoquer les filles pour qu’on aille encore un peu plus loin. »

Déborah Lassource : « C’est génial d’arriver à se qualifier, dans un match très compliqué, surtout deux jours après avoir gagné contre la Norvège. Ca explique peut-être qu’on ait eu une première période compliquée, un peu hachée. On a voulu monter l’agressivité en deuxième période et ça nous a rendu les choses plus simples. On a eu des ballons à monter, on a marqué des buts faciles. Personnellement, je suis super heureuse d’avoir pu participer à la fête, d’autant plus que j’étais en tribunes pour le dernier match. Ce n’est pas simple de rester dans la compétition quand on ne joue pas, pas simple de se concentrer mais il faut prendre son mal en patience et bosser à l’entrainement pour répondre présente quand Olivier fait appel à toi. »
Estelle Nze Minko : « Je suis vieille, j’ai vécu plein de scénarios catastrophes alors j’ai toujours de l’appréhension avant ces matchs là. Surtout quand on voit le scénario un peu bizarre de la première période, où on est loin de faire une bonne période défensivement. Dans ces moments-là, c’est mon rôle de montrer la voie. C’est pour ça qu’effectivement, en début de seconde période, je me dis qu’il faut rentrer à fond dedans et surtout ne pas les laisser espérer. Ce soir, on a eu du mal à trouver notre défense, mais on a aussi réussi à régler nos problèmes à la pause, et cela nous donne forcément de la confiance. On n’a finalement pas eu trop peur, j’ai l’impression qu’on a bien géré, surtout en marquant des buts en première période. Ce qu’on fait, pour le handball, c’est exceptionnel. Cinq demi-finales de suite, en terme de régularité, c’est quelque chose de grand. Cela montre le boulot abattu mais ça me fait aussi dire que j’en veux plus et que ce dernier carré, ce n’est pas une fin en soi. »  (Déclarations via ffhandball.fr).

Continuer à lire...

Tendance