Connect with us

Basketball

Une pétition pour dénoncer l’interdiction du port du voile en compétition de basketball

sport féminin

Publié

le

Vers la fin du mois de septembre 2023, la ministre des Sports Amélie Oudéa-Castéra avait déclaré que les représentantes françaises ne sont pas autorisées à porter le hijab lors des compétitions, tout au long des Jeux Olympiques Paris 2024. Une décision qui a fait polémique et qui n’est pas passée auprès de l’ONU et le Commissaire pour les Droits de l’Homme. Ce 11 octobre, une pétition a été lancée en France pour dénoncer justement l’interdiction du port du voile en compétition, notamment au basket.

Basket pour Toutes

C’est sous ce nom évocateur qu’a été lancée la pétition pour dénoncer l’interdiction du port du voile en compétition. Dès son lancement, la pétition a déjà recueilli 3 000 signatures, et a été validée par 69 clubs de basket français. Cette pétition est adressée directement à la Fédération française de Basketball qui va bientôt se réunir pour tenir une Assemblée générale, en vue des prochains JO de Paris 2024.

À l’origine de cette pétition, Hélène 22 ans, qui dénonce une situation insoutenable pour les joueuses concernées par cette interdiction : « Depuis l’été 2022, je me rends en match les week-ends un nœud au ventre, sans savoir si je vais pouvoir jouer. Je dois renoncer à ma passion parce qu’on me force à choisir entre mes libertés fondamentales ou la pratique du sport. Cette saison, je ne pourrai participer à aucune rencontre officielle puisque l’on force des arbitres à appliquer un règlement qu’ils désapprouvent. Des centaines de sportives musulmanes qui décident de porter le couvre-chef sportif subissent la même humiliation, la même invisibilisation chaque week-end. Les clubs perdent des effectifs, des équipes sont amenées à disparaître faute de joueuses et c’est tout le championnat féminin qui en subit les conséquences. »

Pour rappel, à l’instar de la Fédération française de football, la FFBB interdit le port du voile de sport en compétition, alors que la Fédération internationale de basket autorise quant à elle le port du hijab lors des rencontres internationales féminines, et ce depuis 2017.

La région Île-de-France compte supprimer ses subventions

La Fédération française de basketball n’a pas attendu longtemps avant de réagir face à cette pétition. Son président Jean-Pierre Siutat s’est rendu à une réunion organisée par la présidente de la région Île-de-France, Valérie Pécresse pour justement discuter sur le sujet du port du hijab en compétition. La position de la région Île-de-France s’aligne avec celle de la FFBB, en maintenant l’interdiction du port du hijab pour les joueuses de basket.

Pire, la région annonce qu’elle coupera les subventions aux clubs de basketball féminin en Île-de-France qui ne respectera pas cette interdiction. Le membre du Conseil régional d’Île-de-France, Patrick Karam, a été claire : « Si les signataires persistent, plus un euro ! Tout le monde était d’accord avec moi quand j’ai proposé de ne plus donner un euro à ces clubs qui ne voudraient pas respecter cette interdiction ». Une situation tendue donc entre d’un côté les joueuses accompagnées par leurs clubs qui les soutiennent, et de l’autre la FFBB et la région Île-de-France qui restent sur leur position et sont prêtes à sanctionner les clubs et les joueuses « dissidentes ».

Continuer à lire...
Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Basketball

Début de la nouvelle saison WNBA

sport féminin

Publié

le

C’est le début de la nouvelle saison 2024 en WNBA, le championnat américain professionnel de basket féminin. Sans surprise, les premiers pas de Caitlin Clarks sous le maillot de sa nouvelle équipe du Fever d’Indiana ont été scrutés à la loupe. En parallèle, trois autres rencontres ont animé cette première soirée de WNBA 2024. Tour d’horizon sur ce début de saison en WNBA.

Caitlin Clark rate son premier match

Le premier pas est toujours le plus difficile. Un adage qui a pris tout son sens pour Caitlin Clark lors de son premier match pro avec l’équipe du Fever d’Indiana, dans l’affiche les opposant aux Connecticut Sun. Auteure de 20 points et 3 passes décisives, Caitlin Clark finit co-meilleure marqueuse de la rencontre avec DeWanna Bonner. Pourtant, on pouvait voir une joueuse en grande difficulté, notamment lors du premier quart-temps où elle enchaine les pertes de balle, les fautes et les tirs manqués. Bilan de la soirée : 20 points, 5 sur 15 au tir (dont 4 sur 11 à 3 points), 2 interceptions, 4 fautes, 10 pertes de balle, un +/- de -13.

Pire, l’Indiana Fever s’incline lourdement face à son adversaire du soir sur le score de 92-71. À la fin de la rencontre, la nouvelle icône de la WNBA s’est exprimée en ne cachant pas sa déception : « J’aurais aimé jouer un peu mieux ce soir. J’ai perdu trop de balles, évidemment, ce n’est pas comme ça qu’il faut faire (…). Ça m’a pris un peu de temps de rentrer dans le match. Je pense que ma seconde période, mis à part quelques balles perdues, a été bien meilleure. (…) Il y a beaucoup à en retirer, ce n’est que mon premier match ». Prochain rendez-vous pour Caitlin Clark et ses coéquipières le match à l’extérieur face aux New York Liberty dans la nuit du 17 mai.

Les Aces de Las Vegas reçoivent leurs bagues de championnes

Dans un contexte beaucoup plus réjouissant, la première soirée de cette saison de WNBA a aussi été marquée par la cérémonie des remises des bagues pour les double-championnes en titre : les Aces de Las Vegas. Kelsey Plum, A’ja Wilson et leurs coéquipières ont ainsi accueilli leur deuxième bannière de Championne de l’histoire de leur club, réalisant au passage le premier back-2-back depuis les Los Angeles Spark en 2002. La soirée s’est poursuivie par un match les opposant aux Mercury de Phoenix.

A’ja Wilson a montré la voie pour une première victoire 89-80, avec des stats impressionnantes rappelant son titre de MVP des Finales 2023 : 30 points à 10/22 au tir, 13 rebonds et 5 passes décisives en 35 minutes de jeu. Les Aces de Las Vegas entament donc ce début de saison 2024 par la meilleure manière possible avec une victoire, et montrent leur ambition d’aller chercher un troisième sacre de suite en championnat.

Les autres résultats de la nuit

Dans les autres rencontres de cette première soirée de WNBA 2024, les New York Liverty (finalistes perdantes de la saison précédente) ont, elles aussi, remporté leur premier match 85-80 face aux Washington Mystics. Enfin, les Minnesota Lynx se sont également imposées 83-70 sur le parquet des Seattles Storm.

Continuer à lire...

Basketball

Basket. Ligue féminine : Villeneuve-d’Ascq et Basket Landes se qualifient pour la finale

sport féminin

Publié

le

Après une saison régulière quasi parfaite pour Villeneuve-d’Ascq, le club enchaîne les victoires en play-off et s’adjuge une place pour la finale du Championnat de France de basketball féminin. L’ESBVA retrouve donc une nouvelle fois la finale de la Ligue Féminine, un an après la défaite face à l’ASVEL, et trois semaines après la lourde déception en Euroligue face au Fenerbahce (106-73). De l’autre côté, c’est l’équipe du Basket Landes qui s’est imposée en demi-finale face à Tarbes. Les deux finalistes visent chacune un second sacre en Ligue féminine de France.

Villeneuve-d’Ascq écrase Lattes-Montpellier

Le club de Villeneuve-d’Ascq a fait honneur à son titre de favori pour remporter le deuxième titre de Champion de France de basket féminin. Lors de leur double confrontation en demi-finale face à Lattes-Montpellier, les filles de Rachid Meziane ont dominé de la tête et des épaules leurs adversaires du club Lattes-Montpellier. Les Nordistes avaient infligé un 95-64 aux Héraultaises au match aller, avant d’achever le travail sur un autre score-fleuve de 103-67 au match retour.

Une victoire d’autant plus éclatante, car ce sont bien les filles de Valéry Demory qui ont mené la danse en première période avec un score de 41-47 à la pause. Piquée à vif, Villeneuve-d’Ascq se déchaîne en deuxième période et inscrit 62 points pour n’en encaisser que 20. Caroline Heriaud et ses coéquipières valident ainsi leur place pour la finale du Championnat de France de basketball féminin, au côté du Basket Landes.

Basket Landes peut remercier sa star Alexis Peterson

Dans l’autre affiche des demi-finales du Championnat de France, le club landais a connu un scénario similaire, concédant un écart de 10 points en faveur de leur adversaire Tarbes à la pause (34-24). À la reprise, les Landaises se réveillent et infligent un run de 12-0 au TGB. Une avance que l’effectif dirigé par Julie Barennes ne lâchera plus jusqu’au coup de sifflet final : 65-54 score final. L’expérimentée coach peut féliciter sa meneuse américaine Alexis Peterson, auteure d’un superbe match avec 17 points, 6 rebonds et 4 passes décisives.

L’autre actrice de cette victoire landaise, c’est l’Espagnole Angela Salvadores qui a su mettre les paniers décisifs dans les dernières minutes de jeu, dont le buzzer-beater qui scelle la victoire des siennes. Après avoir perdu la finale de la Coupe de France face à Bourges, Tarbes s’incline donc une nouvelle fois cette saison au pire moment possible, malgré une victoire au match aller 67-62 face au Basket Landes.

Le calendrier de la finale

L’affiche de la finale de la Ligue féminine de basketball s’annonce déjà palpitante. Villeneuve-d’Ascq tout comme Basket Landes vise chacun un second titre de Champion de France, après celui de 2017 pour les Nordistes, et celui de 2021 pour les Landaises. La finale démarrera ce samedi 11 mai vers 20h45, et ce sont Alexis Peterson et ses coéquipières qui auront l’avantage du terrain pour le premier match. Le match retour se jouera donc au Palacium et ses 2 174 places, le vendredi 17 mai 2024 vers 20h45 également. Si un troisième match a lieu, il se jouera le dimanche 19 mai, toujours au Palacium de Villeneuve-d’Ascq.

Continuer à lire...

Basketball

La meneuse des Bleues Marine Fauthoux quitte l’Asvel

sport féminin

Publié

le

Éliminée des play-offs dès la phase des quarts de finale de la Ligue féminine de basket, l’ASVEL va faire peau neuve dès la saison prochaine. Plusieurs joueuses ont décidé de quitter l’effectif lyonnais à l’issue de cette saison, dont quelques figures marquantes du basketball féminin tricolore. C’est le cas par exemple de Marine Fauthoux, meneuse de l’équipe nationale de France, qui a annoncé son départ du club de l’ASVEL, après son retour en 2023.

Marine Fauthoux ne continue pas avec l’ASVEL

Ce lundi 6 mai 2024, le club de basketball de l’ASVEL a publié un communiqué dans lequel il est fait mention du départ prochain de Marine Fauthoux. La meneuse de l’équipe de France a activé sa clause de départ sur son contrat, qui courait initialement jusqu’en 2025. Selon le journal l’Équipe, la jeune joueuse de 23 ans serait en négociation avec le club turc du CBK Mersin. En saison régulière, le club turc a réalisé un bilan mitigé, terminant à la sixième place au classement du championnat national féminin.

Un résultat qui n’a pas empêché le club d’atteindre la finale des play-offs, finale perdue face au Fenerbahce, terminant ainsi vice-champion de Turquie. L’arrivée de Marine Fauthoux devrait permettre au club de repartir sur de meilleures bases et tenter une nouvelle fois de remporter le sacre la saison prochaine. Pour la saison 2023-2024, la meneuse de 23 ans a inscrit un total de 117 points (dont un match à 30 unités), 43 rebonds et 60 passes décisives en championnat (+ 9 points, 4 rebonds et 3 passes décisives en Play-offs), contre 150 points inscrits, 36 rebonds et 37 passes décisives sur la scène européenne.

D’autres grands noms quittent l’ASVEL

Marine Fauthoux n’est pas la seule joueuse à dire adieu au club de Tony Parker. Parmi les joueuses marquantes qui quittent le club rhodanien, on compte trois autres tricolores : Marine Johannès, Gabby Williams et Héléna Ciak. À l’instar de Marine Fauthoux, Héléna Ciak a elle aussi choisi de mettre un terme à son contrat avec l’ASVEL, après avoir passé 5 saisons au sein de l’effectif lyonnais. Quant aux deux autres joueuses, leurs contrats sont arrivés à leur terme, et elles ne souhaitaient pas les renouveler.

Pourtant, ce sont bel et bien Williams et Johannès qui faisaient office de figures de proue de l’ASVEL lors des deux dernières saisons. Cette saison, le club lyonnais n’a pas pu faire mieux qu’une sixième place, ce qui justifierait peut-être la décision des joueuses de tenter d’autres aventures. Par ailleurs, une coupe budgétaire a été annoncée pour la section féminine de l’ASVEL pour la saison prochaine. Enfin, la meneuse belge Julie Allemande qui était en contrat avec le club jusqu’en 2025 a, elle aussi, activé sa clause de départ.

La saison prochaine, l’ASVEL présentera donc un nouveau visage et devra performer sans ses principaux cadres. On note cependant le retour de prêt de Dominique Malonga, élue Meilleure jeune du Championnat avec Tarbes. Yoann Cabioc’h, l’entraîneur de l’ASVEL, peut également compter sur la présence d’Alexia Chery, de Sandrine Gruda, de Juste Jocyte et de Laura Quevedo dans ses rangs.

Continuer à lire...

Tendance